Publié dans Economie

Filière vanille - Une campagne morose

Publié le lundi, 11 mai 2020

Clôturé à la fin de ce mois. La filière vanille a subi une campagne assez morose cette année, surtout pour les 120 exportateurs qui ont obtenu leur agrément. D’après la Banque centrale de Madagascar, les recettes provenant de cette filière ont chuté de 52,1 % au cours des trois premiers mois par rapport à la situation de l’année précédente. En plus, ce produit phare d’exportation a connu une chute au niveau des prix à cause de la baisse spectaculaire de la demande. Les opérateurs risquent de se retrouver avec des stocks non écoulés. « Le  prix de la vanille n’a cessé d’augmenter ces dernières années pour atteindre des sommets.

Cependant, les industriels se sont retournés vers des produits de synthèse, donc moins coûteux, pour délaisser progressivement la vanille naturelle. Cela a causé un impact direct sur le prix de la vanille. La demande mondiale est désormais en baisse et Madagascar se retrouve avec un stock considérable de vanille que les exportateurs auront du mal à écouler avant la fermeture de la campagne », souligne Sambavanilla, une entreprise travaillant dans la filière. Rappelons que les avis divergent concernant cette diminution des prix. D’autres évoquent également que cette situation est liée à l’existence des entreprises informelles qui écoulent des produits de mauvaise qualité. Tout cela a vraiment créé une polémique auprès des opérateurs.  

Malgré tous ces problèmes, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a déjà tenté de sauver la filière, en établissant en février dernier un prix de référence pour ce produit. Depuis, le kilo de la vanille est proposé à 350 dollars, soit environ 1 295 000 ariary sur le marché international, tandis qu’elle est vendue à 900 000 ariary le kilo sur le marché intérieur. Mais ce prix a été difficilement respecté sur le marché local. Certains osaient même acheter la vanille à 700 000 ariary le kilo. 

Quoi qu’il en soit, la reprise des exportations et des importations de biens et services est liée à l’évolution de la pandémie à l’échelle mondiale. La situation ne sera pas rétablie d’ici la fin du mois. Toutes les prévisions durant les prochains trimestres restent pessimistes. Au début de cette année jusqu’au mois de mars dernier, la valeur des exportations ne cesse de décroitre. Elle se chiffre à 808 milliards d’ariary en janvier, baisse à 769 milliards en février et chute jusqu’à 604 milliards d’ariary en mars. Pourtant, les exportations figurent parmi les grands secteurs pourvoyeurs de devises. Elles représentent 6,8 % du produit intérieur brut, c’est-à-dire la somme de toutes les valeurs ajoutées dans le pays.

Solange Heriniaina 

Fil infos

  • Covid-19 - Relâchement signifie suicide collectif !
  • Déconfinement - Le secteur du transport poursuit sa reprise
  • Incendie à Ankatso II et à Manjakandriana - Des millions d’ariary de perte, aucun mort ni blessé
  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique

La Une

Editorial

  • Nouveau départ !
    Le Triangle du Nord renaît ! En tournée dans cette partie prometteuse mais quelque peu oubliée de la Grande île, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry a bien voulu jeter les bases d’un nouveau départ.Il s’agit en effet d’une nouvelle naissance pour Antsiranana dans la mesure où le numéro Un du pays y apporta un nouveau souffle dans les secteurs d’activités dont certains produits font la renommée nationale voire mondiale de la Région. La vanille, à tout seigneur tout honneur, l’ « or noir » du pays, attira toute l’intention du Président. Jusqu’à preuve du contraire, Madagasikara détient le record mondial de la vanille, en quantité et en qualité. Antalaha, le point d’attache de la culture, est la capitale mondiale de la vanille. Ainsi, l’Etat va assister de près la mise en œuvre de la relance effective du secteur vanille. Rajoelina, en réunion de travail avec les opérateurs sur place,…

A bout portant

AutoDiff