Publié dans Economie

Secteur minier - La chasse aux opérateurs illicites renforcée

Publié le jeudi, 02 juillet 2020

Mettre fin à la gabegie. Le ministère des Mines et des Ressources stratégiques (MMRS) intensifie l’opération de chasse aux opérateurs illicites dans le secteur minier. En effet, plusieurs exploitants tirent profit de la richesse de notre sous-sol depuis des années. Alors qu’ils n’apportent pas de retombée économique tangible tant pour l’Etat que pour la vie de la population. Dans certains cas, ils pillent les pierres précieuses sans même se soucier de la destruction de l’environnement.

Pour remédier à cette situation, le numéro un du département Fidiniavo Ravokatra a alors remis dix voitures tout terrain à l’endroit de la police des mines pour que cette dernière mène à bien sa mission. La cérémonie de remise officielle des matériels s’est tenue, hier à Ampandrianomby, en présence du  secrétaire d'Etat chargé de la Gendarmerie nationale, le Général Richard Ravalomanana.

« Nous allons faire du secteur minier un levier de développement de l’économie malagasy. Mais cette stratégie commence par la lutte contre la corruption et les opérateurs illicites. C’est pourquoi, l’équipement de la police des mines et les centres des mines est primordial car elle va effectuer les descentes dans les zones éloignées. L’objectif consiste à formaliser les opérateurs et apporter des bénéfices du secteur pour redresser notre économie », déclare Fidiniavo Ravokatra durant son discours.  Selon toujours ses dires, ces dépenses figurent dans le budget de l’année précédente.  

D’après les prévisions, cinq bureaux de l’administration minière seront également créés cette année notamment à Miandrivazo, Antsohihy, Vohémar, Mananjary et Tsiroanomandidy. Cette décentralisation permet de mieux gérer le secteur. La mise en place des scanners à l’aéroport d’Ivato, de Nosy Be et de Toamasina est aussi prévue pour mieux contrôler et protéger notre ressource. Rappelons que le ministère de tutelle ne recense que deux tonnes d’or exportés annuellement alors que les chiffres réels s’élèvent à 20 tonnes. Et ce, sans compter les autres pierres précieuses.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !
  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison

La Une

Editorial

  • Bons réflexes
    A la guerre comme à la guerre ! On se défend par tous les moyens. On attaque sans état d’âme. Un seul objectif : la défaite de l’ennemi.Depuis le 20 mars 2020, le pays va en guerre. Etant une île et se gardant l’idée de s’immiscer dans les affaires des autres (Etats), Madagasikara n’est pas censé faire la guerre sauf qu’en cas exprès d’invasion étrangère. Toujours fidèle au sacro-saint principe de Non-alignement et de la Non-immixtion dans les affaires d’autrui, la République de Madagasikara joue la carte de la neutralité. Toutefois, la République Malagasy dispose d’une Armée et se réserve le droit de riposter contre toute attaque de quelque nature que ce soit. Quoi qu’il en soit, l’Armée offre ses compétences pour prêter main-forte en cas de nécessité dans l’intérêt supérieur de la Nation. La guerre que nous menons, en ce moment, est une guerre atypique sinon insolite mais virulente.…

A bout portant

AutoDiff