Publié dans Economie

Changement climatique à Madagascar - Identifier les besoins pour une lutte plus efficace

Publié le vendredi, 10 juillet 2020

Madagascar figure parmi les pays les plus vulnérables face aux impacts du changement climatique. « Nous ne sommes pas sans savoir que notre pays est exposé aux différents aléas climatiques. Nous faisons régulièrement face à des événements extrêmes tels les cyclones, les inondations ou la sécheresse. Ces perturbations deviennent de plus en plus fréquentes et intenses et génèrent des impacts importants notamment en matière de perte en vies humaines, de diminution des productions agricoles et animales, de destruction des infrastructures, de dégradation des ressources naturelles et d'érosion côtière », a présenté Vahinala Baomiavotse Raharinirina, ministre de l'Environnement et du Développement durable, hier, lors d'un atelier en visioconférence.

 

Face à cette situation, il est donc nécessaire d'identifier les besoins du pays, et ce, à différents niveaux en tenant en compte le domaine social, économique, mais surtout environnemental. C'est pourquoi, le Programme de renforcement des capacités de Madagascar a collaboré efficacement avec le Secrétariat du Fonds vert pour le climat (FVC). Ce sera un renforcement préparatoire pour que Madagascar puisse faire bon usage des fonds fournis par le FVC afin de réduire les émissions des gaz à effet de serre et de permettre au pays de s'adapter au changement climatique. « Il y a lieu de développer un programme à court, moyen et long terme. Notre résilience dépendra de l'efficacité de notre programme. Cette démarche nécessite un préalable, une préparation au niveau du renforcement des capacités des différentes institutions, pour un programme adapté aux besoins réels du pays », soutient la ministre.

Ce Programme de renforcement des capacités sera mis en œuvre par le ministère de l'Environnement et du Développement durable à travers le Bureau national des changements Climatiques, du Carbone et de la REDD+, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). « Le but est de solliciter les expériences et les expertises de tous les acteurs engagés dans la lutte contre le changement climatique afin de construire ensemble un programme adéquat et cohérent. Au-delà des échanges qui vont se créer, nous gagnerons ensemble à instaurer une synergie de nos actions dans ce programme de préparation », ont tenu à préciser les responsables concernés.

A la fin, une feuille de route pour la mise en place d'un système de suivi-évaluation des sources de financement interne et externe lié au climat devra être établie.

Rova Randria

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff