Publié dans Economie

Télétravail - Une pratique inadaptée au tissu économique malagasy

Publié le lundi, 03 août 2020

De la digitalisation pendant cette situation d’urgence sanitaire. L’application des mesures restrictives à cause de la pandémie a bouleversé le quotidien de la population des Régions confinées ou non, tant au niveau social que dans le domaine économique. Outre la limitation des heures de travail, la mobilité devient un paramètre à prendre en compte dans le monde professionnel. Les employeurs réduisent également au minimum l’effectif des salariés pour éviter la propagation de la maladie. Afin de maintenir l’emploi, certaines entreprises mais également les administrations publiques se sont lancées au télétravail ou travail à distance. On a même pu remarquer l’essor des services de livraison au niveau des restaurants et les ventes en ligne dans les réseaux sociaux.

 

Bien que ce nouveau mode de travail soit en vogue, il reste marginal selon le résultat de l’enquête de l’Institut national de la statistique (INSTAT) concernant les impacts du coronavirus sur les conditions de vie des ménages. Sur les 1 240 ménages enquêtés dans tout le pays, il ressort que seulement 3 % des travailleurs pratiquent le télétravail. « Cela s’explique en partie par la structure même de l’économie malagasy. Pour plus de 8 emplois sur 10, les travailleurs continuent à exercer leur profession dans les lieux habituels où ils avaient l’habitude de l’exercer », note le rapport.

Effectivement, le secteur informel et l’agriculture dominent encore dans le tissu économique malagasy et emploient près de 80 % de la population. Dans la Capitale, beaucoup de gens font du petit commerce ou œuvrent dans le domaine des services, pour ne citer que les petites gargotes, les ventes à étalage, le transport, les services aux ménages comme le gardiennage, la lessive, le transport ainsi que les petits boulots liés à l’hôtellerie et la restauration. A noter que presque la moitié des ménages malagasy connaissent une baisse considérable de leur revenu en ce moment à cause de la réduction des heures de travail.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff