Publié dans Economie

Pollution de l'air - Antananarivo asphyxiée par les fumées des feux de brousse

Publié le dimanche, 04 octobre 2020

Les fumées générées par les feux de brousse aux alentours d’Antananarivo ont assombri son ciel bleu au cours des derniers jours. En plus d’un ciel gris, la population de la Capitale doit aussi subir une hausse considérable de la température. Elle atteint presque les 30° Celsius alors que l’été commence tout juste. Comme à chaque année, à cette saison, les feux de végétation se multiplient aux alentours de la ville. Rien que la semaine dernière, une vaste incendie s’est déclarée à la station forestière d’Ambatofotsy. Il a fallu près de quatre heures pour les sapeurs-pompiers, l’équipe de la Direction régionale de l’environnement et du développement durable d’Analamanga et la Gendarmerie nationale pour éteindre le feu. Les fumées générées par ces feux sont ensuite transportées par le vent polluant ainsi tout l’air dans la Capitale. Le vrai danger actuellement est qu’aucun endroit dans toute la ville n’est épargnée par cette pollution. Les mesures de particules fines et grossières faites par l’organisation INDRI ou l'Initiative pour le Développement, la Restauration écologique et l’Innovation le montrent bien.
« La population est actuellement exposée à une pollution dangereuse, surtout les personnes à risque comme les femmes enceintes, les enfants, les asthmatiques, les diabétiques mais surtout les personnes âgées. Aucun endroit n’est en effet épargné par cette pollution même dans les bureaux et les jardins, loin des voitures. Les chiffres sont très élevés car la fumée des feux est partout », a rapporté l’INDRI. Les données prises jeudi dernier sont à peu près les mêmes. Elles tournent autour de 160,6 microgrammes/m3 pour les matières particulaires fines (PM 2.5) et de 255,4 microgrammes/m3 pour les matières particulaires grossières (PM 10), « soit plus de dix fois supérieurs aux normes fixées par l’Organisation mondiale de la santé », rajoute l’INDRI. Les normes journalières fixées par l’OMS sont respectivement de 25 et de 50 microgrammes/m3 pour les deux particules. Antananarivo se retrouve ainsi asphyxiée par toutes ces fumées. Et si les feux de végétation continuent à ce rythme, la santé de plusieurs milliers de personnes en sera impactée, mais surtout l’environnement.
Outre la dégradation de la qualité de l’air, les feux de brousse accentuent particulièrement les effets du changement climatique, déjà que Madagascar figure déjà parmi les pays les plus vulnérables. Des actions doivent ainsi être menées pour limiter voire suspendre ces feux, tout cela afin de préserver notre environnement et la santé de la population. 
Rova Randria

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff