Publié dans Economie

Marché artisanal de Pochard - Un article vendu en trois jours

Publié le mercredi, 25 novembre 2020


Perte de clientèle depuis la fermeture des frontières aériennes. Le secteur de l’artisanat rencontre encore actuellement des difficultés à écouler ses produits. Au marché artisanal de Pochard, du côté de Soarano, un tiers des commerçants ont déjà fermé leur boutique faute de client. « Cela fait maintenant huit mois consécutifs que notre chiffre d’affaires se trouve à son plus bas niveau. La reprise de l’activité économique n’impacte pas encore positivement notre marché. Sur 300 vendeurs, nous ne sommes plus au total qu’une centaine à venir chaque jour pour ouvrir nos portes au marché artisanal de Pochard. Des fois, il arrive que nous n’arrivions à écouler qu’un seul article en trois jours. Cette stuation est liée à l’absence de touristes qui représentent 90 % de nos clients. Par ailleurs, en plus de la baisse du pouvoir d’achat de la population malagasy due aux effets de cette crise sanitaire, les consommateurs locaux ne s’intéressent pas encore à nos produits artisanaux », témoigne Bodo, un artisan. Selon la dame, la situation est similaire au marché d’Ambohitrimanjaka. Effectivement, seulement 5 % des 300 stands existants dans ce lieu sont ouverts. Les commerçants se rendent juste sur place pour surveiller leur boutique si jamais des attaques de malfaiteurs auraient lieu sur place.
A la conquête des consommateurs locaux
Les artisans se tournent désormais vers les clients locaux pour survivre. C’est dans ce contexte de relance économique que la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA) organise le Salon de la créativité « Voatra ». La cérémonie de lancement officiel de cet évènement s’est tenue hier à l’ex-CCIA, sise à Antanimena. « Il est maintenant temps de se recentrer sur les produits « Vita malagasy ». Ce salon représente une opportunité d’associer les entreprises opérant dans la Région d’Analamanga avec celles situées dans les Régions limitrophes, entre autres Bongolava, Itasy et Vakinankaratra. C’est en même temps une opportunité de marché pour les exposants et de mettre en valeur les produits locaux », rapporte Hery Nirina Andrianaivo, directeur général de la CCIA. 37 exposants sont prêts à acceuillir les visiteurs durant les quatre jours du salon. Cette septième édition entre dans le cadre de la célébration du centenaire de la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un couple battant
    Le jeune couple ne se laisse guère abattre. Moralement et physiquement solides, le Chef de l’Etat et la Première dame tiennent bon et ce en dépit des attaques sordides.

A bout portant

AutoDiff