Publié dans Economie

Inflation - Instauration impossible du prix de référence pour les PPN

Publié le vendredi, 27 novembre 2020


Un barème des marges bénéficiaires. C’est ce que réclament les gestionnaires des marchés issus de la Commune urbaine et suburbaine d’Antananarivo face à la hausse incessante du prix des produits de première nécessité (PPN). En effet, une augmentation de l’ordre de 50 % a été constatée pour les huiles alimentaires. En parallèle, on enregistré une hausse de 100 à 200 ariary par kilo pour le riz. Selon ces responsables, l’instauration d’un prix de référence s’avère la meilleure solution afin de mieux réguler l’inflation. « Les consommateurs se plaignent en ce moment du prix des PPN. Et en plus, ce prix varie d’un vendeur à un autre. Il nous est impossible de faire le suivi et le contrôle tant que le ministère n’impose pas un barème des marges ou un prix de référence. Comme cela, nous détectons facilement les spéculateurs et les profiteurs », explique Marcellin, gestionnaire du marché d’Anosibe, lors d’une rencontre avec Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) et son équipe, hier à Anosy.
En réponse à cette recommandation, le ministre de tutelle a indiqué que Madagascar applique encore la marge libre sur le marché. Chaque commerçant est libre de fixer le prix de ses produits en fonction de ses coûts de revient. Cet aspect échappe donc au contrôle de l’Etat. Par ailleurs, cette structure de prix peut être déterminée facilement en comparant un prix à un autre. « Il est difficile d’adopter cette mesure car plusieurs charges influencent les tarifs. Ainsi, à titre d’illustration, le prix du riz à Anosibe diffère de celui d’Ambohimangakely à cause du coût des transports. Mais on peut tout de même évaluer facilement ce barème à partir des comparaisons. Un sac de 50 kilo, par exemple, coûte environ 80 000 ariary. Si un marchand propose la même quantité à 100 000 ariary, on reconnaît facilement qu’il s’agit d’un profiteur », réplique Lantosoa Rakotomalala.
Par ailleurs, afin de mieux protéger les consommateurs durant la période des fêtes, le ministère lance l’opération « Vidin’entana ». A compter du mois de décembre jusqu’au mois de février prochain, le MICA mène une campagne de sensibilsation pour faire connaître les droits des consommateurs et les obligations des vendeurs. « Nous allons vraiment nous attaquer à l’éducation des deux parties. Un panneau sur les droits des consommateurs et les obligations des commerçants sera binetôt installé dans chaque grand marché d’Analamanga. L’affiche contient l’exigence à l’affichage des prix, la normalisation des balances, l’étiquettage des produits et l’interdiction de retention des stocks », détaille la ministre. Une collaboration a été établie entre le ministère et les gestionnaires des marchés dans la mise en œuvre de cette campagne.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff