Publié dans Economie

Joël Randriamandranto - « Nous préparons déjà la réouverture des frontières »

Publié le mardi, 12 janvier 2021

« Le secteur du tourisme va mourir s’il n’est pas sauvé cette année ». C’est sur ces mots qu’Aina Raveloson, la nouvelle présidente du Conseil d’administration (PCA) de la Confédération du tourisme de Madagascar (CTM) décrit la situation dans laquelle se trouvent les opérateurs actuellement. En effet, 70 % des entreprises ferment encore leur établissement, faute de clients.

A la fin de l’année dernière, ce groupement du secteur privé a enregistré 38 000 parmi 40 000 employés qui ont été mis directement au chômage technique. Force est de constater que le tourisme local ne suffit plus à relancer le secteur. La réouverture des frontières reste la seule solution. « Les grands établissements hôteliers ont fermé leurs portes depuis le mois de mars 2020. Malgré la promotion du tourisme local, le faible pouvoir d’achat des Malagasy ne leur permet pas de s’offrir le tourisme de luxe. Outre la promotion du tourisme local, nous préparons déjà la réouverture des frontières. Des réunions avec le secteur privé seront organisées ce mois-ci. Les deux parties élaboreront ensemble les plans d’action et la stratégie afin d’accueillir les touristes internationaux dans le contexte de la pandémie. Il faut tout de même adopter les mesures de sécurité nécessaires pour éviter la propagation du coronavirus »,annonce Joël Randriamandranto, ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie (MTTM), lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à Anosy.

Aucune date exacte n’a été prononcée pour l’heure. Mais Aina Raveloson aurait aimé que cela se tiendra en début février. « Le plus tôt sera le mieux », ajoute-t-elle. 

Il faut savoir que nos clients traditionnels viennent de l’Europe alors que ce continent est en ce moment frappé par la nouvelle souche de coronavirus. Madagascar part alors à la conquête du marché africain. « Nous sommes déjà à pied d’œuvre sur ce point. Le ministère s’est déjà entretenu avec la compagnie aérienne Ethiopian Airlines qui dessert cet axe avec l’île de Nosy Be. En plus, l’Afrique est légèrement touchée par la pandémie, comparée aux autres continents. La promotion de la destination de Madagascar auprès des Africains demeure pour le moment une priorité. L’objectif consiste à ce que les opérateurs emmènent des expatriés ou travailleurs pour des séjours balnéaires dans la Grande île », poursuit le ministre. 

Concernant le tourisme local, le ministère et le secteur privé concoctent des packages pour la fête des Pâques. 

Solange Heriniaina 

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff