Publié dans Economie

Label Madagascar Zébu Coffee Estate - L’industrie du café fait peau neuve

Publié le jeudi, 28 janvier 2021


Redorer la réputation du café malagasy sur le marché international. Deux torréfacteurs de renom, Figment Coffee et Manifesto Coffee, se sont associés pour promouvoir le café « Made in Madagascar» sur le marché britannique. Pour ce faire, ils ont investi l’année dernière, dans la toute première ferme de café, entièrement de spécialité à Madagascar, le Zebu Coffee Estate. Les premiers produits du label Madagascar Zebu Coffee Estate seront mis en vente à partir d’aujourd’hui sur les sites web des deux parties. « Toutefois, cette sortie sera en édition extrêmement limitée. Nous n’avons réussi qu’à produire 5 kg de grains. Cette production fournira une trentaine de café torréfié. Sur les six torréfacteurs de café au monde, nous sommes les seuls à avoir torréfié ce café cette année», détaille Figment Coffee. Ce café coûtera alors bien plus cher que les autres produits de la marque, et ce pour plusieurs raisons. « Cette somme, cependant, n'est pas seulement pour le café. Ce café est délicieux, mais le prix ne reflète pas la qualité du café, mais quelque chose de bien supérieure. Cet argent représente un investissement dans la communauté et les agriculteurs entourant Zebu Coffee Estate et les moyens d'augmenter la production pour les cinq prochaines années afin d’atteindre un niveau de production annuelle durable d'environ 68 000 kg et un prix moyen projeté de 5 Livres Sterling, soit 25 500 ariary par kg tout en fournissant un revenu bien nécessaire pour la communauté », explique Manifesto Coffee. Pour pouvoir redorer la réputation du café de Madagascar sur le marché international, les parties prenantes veulent donner un coup de jeune à l’industrie du café local. Qui dit développement de l’industrie, dit des investissements.
Pour s’établir en tant que premier producteur de café de spécialité entièrement arabica dans la Grande île, Zebu Coffee Estate construira l'infrastructure nécessaire à la croissance de l'industrie de la production de café de spécialité.  Depuis l’introduction du cépage Bourbon à Madagascar, la production a atteint un pic de 2% de la production mondiale de café au début des années 90, suivi malheureusement d’un déclin rapide en raison du manque d’investissements, d’infrastructures et d’instabilité politique. Zebu Coffee Estate essaie de changer la donne avec la culture d’Arabica Typica et de Bourbon en utilisant uniquement des méthodes naturelles et biologiques tout en employant des villageois locaux.
Dans les détails, cette ferme de café se trouve dans une Région volcanique fertile d'Itasy, à Miarinarivo. Elle est née de la passion d'un passionné pour un café communautaire socialement responsable qui a dynamisé l'économie locale. En tout cas, le projet envisage d’égaler les plus grands producteurs de café de spécialité voire les surpasser.
Rova Randria

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff