Publié dans Economie

Prévention contre la Covid-19 - Un budget minimum de 43 500 ariary à préparer

Publié le lundi, 05 avril 2021

Vitamine C, calcium, Magné-B6 ou encore Paracétamol. Les ménages consacrent aujourd'hui de plus en plus d'argent dans l'achat de médicaments, plus particulièrement les fortifiants. Une tendance grandissante notamment face à la recrudescence de la pandémie de coronavirus dans le pays. D'après les données recueillies dernièrement, ces dépenses en médicaments atteignent environ 20 % des revenus d'un ménage dans la Capitale. « Au mois de mars dernier, nos dépenses en médicaments ont triplé. Nous sommes cinq à la maison. Il a fallu acheter des fortifiants pour chaque membre de la famille.  Nous n'avons pas imaginé que ces produits coûteraient aussi cher. Nous avons dépensé près de 150 000 ariary en médicaments », témoigne une mère de famille.

 

L'achat de médicaments figure désormais parmi les dépenses prioritaires, juste après l'alimentation. Pourtant, en temps normal, ces dépenses ne représentent même pas les 5 % du budget familial, sauf si un membre du ménage doit suivre un traitement spécifique. Une plaquette de Vitamine C coûte en moyenne 1 200 ariary. La plaquette de Magné-B6 s'achète aux alentours de 3 500 ariary et celle de calcium est à 4 000 ariary. Le budget consacré aux fortifiants pour une personne tourne ainsi autour de 8 700 ariary. Pour une famille de cinq personnes, les dépenses en médicaments pourraint donc atteindre 43 500 ariary, soit 21% du salaire minimum de 200 000 ariary.

Ces chiffres ne représentent que le budget minimum consacré aux médicaments. Ils peuvent augmenter en fonction du choix des marques. Certains médicaments comme l'Uvimag ou le Revitalose, très prisés actuellement dans toutes les pharmacies de la Capitale, sont beaucoup plus coûteux. Une boîte de Revitalose s'achète à plus de 33 000 ariary, soit presque tout le budget destiné aux médicaments pour une famille de cinq personnes.

En parallèle, cette augmentation des dépenses en médicaments s'accompagne de l'augmentation des prix sur le marché. En effet, d'après l'Institut national des statistiques (INSTAT), la hausse de prix des médicaments est plus importante que celle des produits de première nécessité (PPN).

« Pour les PPN, les prix ont varié de 5 % entre janvier 2020 et 2021, et déjà les hausses observées depuis le début de l'année montrent un rythme de 1,8  % en un mois. La rubrique santé axée sur les médicaments et services médicaux, ainsi que les tabacs et les boissons alcoolisées, a affiché une hausse de 9 % durant cette même période », note le communiqué de l'institut.

En tout cas, il vaut mieux dépenser dans les médicaments de prévention du coronavirus que dans le traitement de la maladie, car ce dernier reviendra beaucoup plus cher.

Rova Randria

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff