Publié dans Economie

Pêche - Un nouveau souffle au projet SWIOFISH 2

Publié le mardi, 27 juillet 2021

Pour des actions impactant directement le quotidien des bénéficiaires. Au cours des trois dernières semaines, le nouveau coordonnateur national de projet SWIOFISH 2, lors de la deuxième phase du projet de gouvernance des pêches et de croissance partagée dans le Sud-ouest de l’océan Indien, s’est particulièrement indigné face aux résultats actuels du projet et de l’impact de celui-ci sur les personnes cibles dont les pêcheurs.

« Nous sommes aujourd’hui à mi-parcours du projet. Pourtant, le décaissement n’en est même pas à la moitié. Ce dernier enregistre actuellement un taux de 21,5% seulement. Qui dit taux de décaissement bas, dit faibles réalisations. Et l’enquête de satisfaction que nous avons réalisée récemment vient confirmer ces chiffres. Les bénéficiaires ont malheureusement répondu non satisfaits à cette enquête » se désole Mahery Randrianarison, coordonnateur national du projet SWIOFISH 2, hier, lors d’un rencontre à Mahajanga.

Ce nouveau responsable entend inverser la tendance, et insuffler un nouveau souffle au projet. « Quand le projet n’atteint pas directement les bénéficiaires, il est primordial de changer de stratégie. L’ancien dispositif d’attaque reste faible. D’où notre initiative d’élaborer un nouveau plan de travail axé sur les actions prioritaires et solutionner les principaux freins à l’avancement du projet », rajoute ce premier responsable.

Lourdeur administrative

Après être revu, ce faible taux de décaissement s’explique surtout par une planification des actions et une gestion des ressources humaines inadaptées, mais plus particulièrement la lourdeur administrative et les problèmes fonciers. « Les procédures prennent du temps, à cause des contrôles a priori mais aussi a posteriori. Dans certains cas, la validation prend plus d’une semaine. La réalisation finit alors par être retardée, et c’est nous qui nous faisons taper sur les doigts », explique le CN de SWIOFISH2.

Le nouveau plan de travail visera donc à accélérer la cadence au cours des six prochains mois afin de maximiser les réalisations dans les Régions ultra-prioritaires pour le projet à savoir Melaky, DIANA et Analanjirofo, mais aussi dans celles touchées par le Kere comme l’Atsimo- Atsinanana et l’Androy.

L’objectif final étant d’instaurer une gestion durable des ressources halieutiques tout en assurant une source de revenus stable aux pêcheurs.

Rova Randria

Fil infos

  • Procès sur le détournement à la CNAPS - Les principaux accusés absents à la barre !
  • Président Rajoelina à Ivato - Bilan d'un déplacement positif et concluant
  • Détournement à la CNAPS - Procès d’Arizaka Raoul Rabekoto et 7 autres co – accusés ce jour
  • Elections de l’OJM - Une seule liste en compétition
  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Problématique de l'émergence !
    L'heure de la relance sonne ! La pandémie de Covid-19 cède progressivement la place au cours normal de la vie quotidienne. Sous d'autres cieux, dans les pays au climat tempéré et hivernal, la contamination du Sras-Cov2 résiste et continue de faire des ravages. Le variant Delta sévit encore et ce malgré une campagne intense de vaccination. Madagasikara, un pays tropical baignant dans un climat ensoleillé, dans l'ensemble de l'année, semble être épargné de grandes catastrophes humaines.

A bout portant

AutoDiff