Publié dans Economie

Exploitation illicite des réserves naturelles - Les défricheurs payés à 60 000 ariary la journée

Publié le mercredi, 01 septembre 2021

Tout un investissement. De nombreuses réserves naturelles comme Ankarafantsika, Menabe Antimena ou encore Kirindy subissent ces dernières années la pression des exploitations illicites de maïs. En se basant sur les faits rapportés par les communautés environnantes et les gestionnaires de ces zones protégées, ces exploitations sont développées par des migrants en provenance de la région Sud de Madagascar.

Ils arrivent dans les parcs nationaux, coupent les forêts, brûlent la terre pour ensuite y planter du maïs. Une fois que la terre n’est plus aussi productive, ils répètent les mêmes actions sur d’autres zones. Des centaines d’hectares se retrouvent alors ravagés. Les autorités ont maintes fois répété que ces personnes sont payées, par les collecteurs voire même par les industries dont le maïs est la principale matière première exploitée, pour faire ce genre d’action. Aucun d’entre eux n’a pu donner de chiffres jusque-là. Mais un patrouilleur dans la réserve de Kirindy dans la Région du Menabe a récemment expliqué que « Une personne arrive à défricher au minimum un hectare par jour. La semaine dernière, une personne a été arrêtée, prise en flagrant délit de défrichement. Elles étaient plusieurs mais les autres ont réussi à s’enfuir, sauf une. Et après enquête, ladite a révélé que quelqu’un leur payait 60 000 ariary pour chaque hectare défriché. Mais malheureusement, celle-ci ne connaît pas l’identité exacte de son employeur. Tout ce qui l’intéresse c’est l’argent qu’elle va recevoir une fois le travail terminé ». Là, il n’est question que de défrichement, mais d’autres personnes seront ensuite payées pour cultiver du maïs sur les zones défrichées. Ces chiffres ne sont alors qu’une partie de l’iceberg.

Les opérateurs économiques concernés par cette exploitation investissent alors beaucoup d’argent pour obtenir leurs matières premières, sans réfléchir aux conséquences que cela pourrait avoir sur les ressources naturelles, la dégradation de l’environnement et le changement climatique. Kirindy a par exemple déjà perdu le tiers de sa superficie totale de 60 hectares. 20 hectares ont en effet déjà péri sous les flammes, alors que les autorités de la région ont déployé des efforts pour reboiser les zones défrichées. Toutefois, outre les actions de reboisement et de lutte contre les feux, le ministère de l’Environnement et du Développement durable devrait vraiment s’activer pour trouver au plus vite la personne ou l’industrie, à la tête de ce réseau d’exploitation illicite des réserves naturelles, avant qu’il ne soit trop tard.   

Rova Randria

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff