Publié dans Economie

Exploitation illicite des réserves naturelles - Les défricheurs payés à 60 000 ariary la journée

Publié le mercredi, 01 septembre 2021

Tout un investissement. De nombreuses réserves naturelles comme Ankarafantsika, Menabe Antimena ou encore Kirindy subissent ces dernières années la pression des exploitations illicites de maïs. En se basant sur les faits rapportés par les communautés environnantes et les gestionnaires de ces zones protégées, ces exploitations sont développées par des migrants en provenance de la région Sud de Madagascar.

Ils arrivent dans les parcs nationaux, coupent les forêts, brûlent la terre pour ensuite y planter du maïs. Une fois que la terre n’est plus aussi productive, ils répètent les mêmes actions sur d’autres zones. Des centaines d’hectares se retrouvent alors ravagés. Les autorités ont maintes fois répété que ces personnes sont payées, par les collecteurs voire même par les industries dont le maïs est la principale matière première exploitée, pour faire ce genre d’action. Aucun d’entre eux n’a pu donner de chiffres jusque-là. Mais un patrouilleur dans la réserve de Kirindy dans la Région du Menabe a récemment expliqué que « Une personne arrive à défricher au minimum un hectare par jour. La semaine dernière, une personne a été arrêtée, prise en flagrant délit de défrichement. Elles étaient plusieurs mais les autres ont réussi à s’enfuir, sauf une. Et après enquête, ladite a révélé que quelqu’un leur payait 60 000 ariary pour chaque hectare défriché. Mais malheureusement, celle-ci ne connaît pas l’identité exacte de son employeur. Tout ce qui l’intéresse c’est l’argent qu’elle va recevoir une fois le travail terminé ». Là, il n’est question que de défrichement, mais d’autres personnes seront ensuite payées pour cultiver du maïs sur les zones défrichées. Ces chiffres ne sont alors qu’une partie de l’iceberg.

Les opérateurs économiques concernés par cette exploitation investissent alors beaucoup d’argent pour obtenir leurs matières premières, sans réfléchir aux conséquences que cela pourrait avoir sur les ressources naturelles, la dégradation de l’environnement et le changement climatique. Kirindy a par exemple déjà perdu le tiers de sa superficie totale de 60 hectares. 20 hectares ont en effet déjà péri sous les flammes, alors que les autorités de la région ont déployé des efforts pour reboiser les zones défrichées. Toutefois, outre les actions de reboisement et de lutte contre les feux, le ministère de l’Environnement et du Développement durable devrait vraiment s’activer pour trouver au plus vite la personne ou l’industrie, à la tête de ce réseau d’exploitation illicite des réserves naturelles, avant qu’il ne soit trop tard.   

Rova Randria

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff