Publié dans Economie

Energie - Le ministre exacerbé par les problèmes de factures de la JIRAMA

Publié le dimanche, 26 septembre 2021



Une mauvaise qualité de service. Un point que le ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, Andry Heriniaina Ramaroson, n’a pas manqué de soulever lors de sa rencontre avec la représentante du bureau permanent de la Banque mondiale à Madagascar, Marie Chantal Uwanyiligira, vendredi dernier, concernant la situation actuelle de la Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA). Après près d’un mois de prise de poste, Andry Ramaroson a déjà une idée fixe des principaux problèmes de la société nationale d’eau et d’électricité à l’heure actuelle. « Je suis loin d’être satisfait par les résultats de la JIRAMA. Tout comme les abonnés, j’ai pu observer que tous les voyants sont aujourd’hui au rouge, et non au vert, pour la compagnie. Les problèmes de factures sont particulièrement nombreux, entre la hausse du montant à payer, ou encore les fautes dans les factures. Les dettes ne cessent également de s’accumuler, sans oublier le retour des délestages. Des choses inacceptables », a-t-il soutenu. En effet, les plaintes sur le sujet fusent actuellement. Plusieurs abonnés de la JIRAMA en sont victimes. « En temps normal, notre facture d’électricité tourne toujours autour de 100 000 à 120 000 ariary tous les mois. Pourtant le mois dernier, elle a atteint les 250 000 ariary. La JIRAMA, dans ses campagnes de communication, encourage à faire des réclamations en agence en cas de problème. Mais en réalité, il n’y a rien de cela. Du moins dans l’agence où je suis allée, le responsable a répondu clairement qu’il ne pouvait rien changer, et que c’est notre facture du mois. Je n’avais vraiment pas compris donc je suis repartie dépitée », témoigne une mère de famille, habitant du côté de Tsimbazaza. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.
Face à cela, le ministre se pose des questions si c’est la stratégie mise en place qui n’est pas adaptée ou si c’est le plan d’action choisi qui a amené vers le mauvais chemin. Toutefois, le Program for Result a été mis en place pour améliorer la performance de la JIRAMA. « Nous allons veiller à l’application de ce programme parce que nous savons que chaque résultat aboutit sur une rentrée d’argent supplémentaire, et permettra de diminuer les aides budgétaires pour la JIRAMA », rajoute Andry Ramaroson. D’autre part, la continuité des projets Pagose et Lead a été approuvée par la Banque mondiale. Ces programmes seront adaptés au fur et à mesure pour correspondre aux besoins et à la politique de l’Etat, en vue du redressement de la JIRAMA.

La Rédaction

Fil infos

  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
  • Concertation nationale - Un prétexte pour le partage du pouvoir
  • Eglise luthérienne de Madagascar - Le couple présidentiel aux côtés des jeunes
  • Affrontement à Mandoto - Le commandant de compagnie de Gendarmerie blessé
  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache

La Une

Pub droite 1

Editorial

  •  Forum et forum !
    Qui dit que le régime Orange a horreur ou a peur d’une concertation ou d’un forum ou d’un débat public ? Il va falloir revoir sa copie. Un pouvoir qui rejette le principe d’un échange voire d’un dialogue démocratique fait peur. On a tous les droits de se méfier d’un régime qui botte en touche de façon systématique la pratique d’une table ronde pour débattre de vrais problèmes et cela afin de dénouer une crise, une réelle crise qui bloque le fonctionnement démocratique du pays.

A bout portant

AutoDiff