Publié dans Economie

Exploitation de chrome - L’APC jette l’éponge, le ministère des Mines se lave les mains

Publié le jeudi, 30 septembre 2021


Consternation. L’exploitation de chrome dans la Grande île est définitivement en berne après la fermeture de la société APC. Cette dernière qui est arrivée à garder un semblant d’exploitation de ce minerai après le déclin de la société Kraoma qui était le principal exploitant de chrome sur les sites de Bemanevika, Anempitra, Andriamena et Befandriana dont les réserves sont estimées à des dizaines de millions de tonnes. D’après les autorités, cette fermeture est due à des conflits internes entre les dirigeants de cette société avec ses actionnaires. Une déclaration des autorités compétentes explique ainsi que le ministère des Mines et des Ressources stratégiques n’est pas en cause dans le déclin de la société. L’arrêt des activités de la société APC s’est donc finalement concrétisé comme l’envisageaient les employés de Kraoma dans la mesure où ces derniers estimaient que la société APC n’avait pas la légitimité pour exploiter des gisements de chrome qui étaient à la base destinée à être exploiter par la société Kraoma. A rappeler que l’année dernière les employés de Kraoma, las de près d’une année de suspension d’activité, ont tenté de mettre des bâtons dans les roues de la société APC en bloquant les engins qui étaient censés transporter le chrome de Brieville jusqu’à Toamasina. « A la base, la société APC Drilling est un simple prestataire de notre société. Elle avait pour mission d’assurer les sondages et forages pour le compte de Kraoma pour se voir acquérir, plus tard, des permis miniers dans la zone chromifère d’Andriamena. Cette société est devenue, au fil des années, une société de transport et un sous-traitant de Kraomita Malagasy S.A., transportant des minerais venant directement des mines. En parallèle, Kraoma est encore en suspension d’activité. D’où notre contestation », s’insurge un des représentants des employés de Kraoma. Dans un contexte où le gel des permis miniers est encore effectif, le prestataire de Kraoma a ainsi pu obtenir le fameux sésame pour continuer ses activités bien que la société mère tombe de plus en plus dans le déclin. Déclin que la société APC, presque deux ans après la suspension des activités de Kraoma, a subi alors, à son tour. D’ailleurs, la population locale craint une crise socio-économique dans la localité et encore plus un regain de l’insécurité entrainé par la fermeture de la société dans la mesure où cette dernière employait plusieurs centaines d’autochtones qui se retrouvent actuellement sans travail. 
Hary Rakoto

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff