Publié dans Economie

Environnement - En quoi les crapauds asiatiques représentent un danger pour Madagascar ?

Publié le vendredi, 01 octobre 2021

Le ministère de l'Environnement et du Développement durable (MEDD) vient de lancer un projet de lutte contre l'envahissement des crapauds asiatiques, communément appelés en malagasy « Radakaboka ». Ce projet a été mis en place car cette espèce classée comme dangereuse et envahissante a connu une croissance exponentielle en seulement cinq ans.

Les experts estiment en effet que ces types de grenouille sont actuellement au nombre de 20 millions dans la Région Atsinanana, la côte Est du pays, soit cinq fois plus qu'en 2015. Ces chiffres démontrent ainsi à quel point cette espèce peut être invasive sachant qu'une femelle pourrait pondre plus de

10 000 œufs par an. « Cela crée ainsi une rivalité avec les espèces de crapauds et de grenouilles malagasy qui ne pondent que 1 000 œufs au maximum tous les ans », explique Jean-Jacques Jaozandry, responsable des programmes au sein de l'ONG Madagascar Fauna and Flora Group, en charge de la lutte contre ce fléau au sein du parc d'Ivoloina, à un média international.

En plus de ce caractère invasif, le crapaud asiatique libère également une toxine, la bufotoxine, pour tuer des prédateurs tels que les serpents mais aussi les oiseaux. « Il décime même les colonies d'abeilles et détruit les ruches de la Région », se plaignent les apiculteurs. Au vu de tout cela, cette espèce représente un vrai danger pour l'écosystème, notamment son déréglement mais aussi pour l'économie de cette Région, d'où tout l'importance de cette campagne de lutte.

Il ne faut pas oublier que le « Radakaboka » n'est pas une espèce d'origine malagasy. D'après les experts, ce crapaud serait arrivé sur la Grande île vers 2010, par le biais de bateaux ayant accosté au port de Toamasina. Les divers secteurs se sont ainsi mobilisés dans cette lutte aux côtés du ministère de l'Environnement et du Développement durable, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, la Région Atsinanana mais aussi l'ONG Madagascar Fauna and Flora Group et la société Ambatovy, sans oublier les communautés de base. Un fonds de 900 000 dollars a ainsi été déjà collecté pour cette campagne.

Rova Randria

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff