Publié dans Economie

Vaches laitières - La première vague de la promesse présidentielle débarque

Publié le mardi, 05 octobre 2021

Débarquées à Ivato hier, 165 vaches laitières améliorées de race pure, importées de France, ont été accueillies par les autorités de l’Etat. L’objectif de cette importation étant d’améliorer la production de lait de bonne qualité et en quantité suffisante pour assurer l’autosuffisance alimentaire en protéine animale et l’émergence d’un secteur élevage.

 

Grâce à ces vaches de race normande et montbéliarde, les autorités ambitionnent ainsi d’augmenter la production laitière de 4 680 000 litres pour une durée de 5 ans, soit un niveau de consommation de produits laitiers augmenté de 10% ou de 5-7kg à 6-8 kg par habitant par an. « Des géniteurs mâles et femelles de race pure, issus des descendants des femelles laitières importées, sont enfin disponibles pour améliorer le cheptel local et par ricochet amélioreront aussi le revenu des éleveurs », s’enthousiasme un opérateur de la filière lait, venu assister au débarquement à Ivato, hier.

En effet, loin de la production à grande échelle, la filière lait peine à percer sur le marché. La filière laitière reste porteuse et pourrait constituer un levier pour le développement économique de Madagascar. La production nationale laitière tourne autour de cent millions de litres seulement par an. Ce volume de production reste encore très faible. Il en est de même de la consommation de produits laitiers.

Pourtant, avec près de neuf millions de bovins dont près de quatre-vingt-dix mille sont de race laitière, la population en consomme cinq à sept litres par habitant par an. Comparée à un Kényan, qui en consomme cent vingt litres, et à un Français, avec une moyenne de deux cent cinquante litres, la consommation malagasy est bien loin du compte. L’arrivée de ces vaches laitières de race tombe ainsi à point nommé dans la politique d’amélioration de la filière. Ainsi, la filière reste encore exploitable.

Cependant, il est impératif de coordonner le développement de la filière lait à Madagascar. De nombreuses actions doivent être entreprises, la structuration de tous les acteurs opérant dans la filière or blanc, entre autres, les groupements d’éleveurs, les collecteurs, les transformateurs et les industriels. Ou encore la professionnalisation de ces groupements en matière de culture fourragère, de qualité, d’hygiène et d’insémination.

Hary Rakoto

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff