Publié dans Economie

Boeing 737-400 pour Madagascar Airlines - La énième erreur fatale !

Publié le lundi, 16 mai 2022


Pour redresser la compagnie aérienne nationale, plusieurs points doivent être revus et corrigés. Notamment le renouvellement ou le renforcement de la flotte de la compagnie, tant pour les vols longs courriers que les vols nationaux. Dans ce contexte, les spéculations fusent sur le type d’appareil qui pourrait venir rallier les quelques ATR-72 qui ont pu survivre jusqu’ici au débâcle de la compagnie. En première ligne, des propositions de poids portent sur l’acquisition ou la location d’un aéronef de la marque Boeing 737-400. « Cela équivaudrait à refaire les mêmes erreurs que dans le passé », selon un pilote expérimenté en exercice au sein de la compagnie. Par ces quelques mots, ce responsable tente de tirer la sonnette d’alarme sur le fait que ce type d’appareil, en plus d’être obsolète au niveau technique et technologique, est bien loin de correspondre aux conditions exigées par les pistes malagasy ainsi qu’au marché qu’il prétend. « Le Boeing 737-400 date d’une autre génération. En plus d’être inadapté pour la plupart de nos aérodromes locaux du fait de son importante envergure, ces types d’appareils sont âgés d’environ un quart de siècle pour les plus récents. De ce fait, les probabilités de panne périodique sont plus grandes par rapport à des modèles plus récents comme l’Embraer 190 E2 ou encore l’ATR 42-600. Pourtant, ce sont ces pannes périodiques qui ont toujours fait la mauvaise réputation d’Air Madagascar que les usagers ont eu tendance à surnommer Air peut-être. Par ailleurs, même en location de courte durée, la vétusté du modèle 737 ne porte pas avantage à la compagnie nationale », renchérit un autre pilote de la compagnie.

Business plan

Ces experts avancent que ces deux derniers modèles sont plus malléables et plus adaptés pour le marché malagasy. Pour eux, le choix de ces aéronefs est défini à partir d’une étude basée sur les statistiques enregistrées par Air Madagascar durant plusieurs années d’activité concernant, entre autres, les fréquences de vols, le nombre de passagers selon les saisons ainsi que les conditions techniques exigées par les aéroports de Madagascar. « Le choix des modèles Embraer 190 E2 et l’ATR 42-600 pour les vols moyens courriers ainsi que du Boeing 787-900 pour les vols longs courriers afin de renforcer la flotte de Madagascar Airlines a été proposé à partir du business plan avancé par l’ensemble des employés de Madagascar Airlines ainsi qu’après les études du cabinet Bearing Point qui a été mandaté pour les études techniques et financiers en vue de la relance de la compagnie. Notre expertise en aval a été ainsi considérée par les dirigeants de la compagnie qui, auparavant, décidaient toujours en amont pour ensuite imposer tel ou tel appareil inapproprié pour le marché national », explique notre source. A rappeler qu’Air Madagacar a déjà loué un Boeing 787-400 en ACMI ou « Aircraft, Crew, Maintenance and Insurance » avec son équipage ainsi que son service de maintenance et d’assurance à une époque. Durant cette période de location, les observations de ces techniciens de Madagascar Airlines ont confirmé la rentabilité de l’appareil. Raison pour laquelle la combinaison des deux « business plans » élaborés par les employés d’Air Madagacar et le cabinet Bearing Point suggère l’utilisation du nouveau modèle de manière à pouvoir augmenter la capacité de la compagnie à apurer ses dettes. 

La Rédaction

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff