Publié dans Economie

Secteur agricole - Les Egyptiens investissement dans la culture de datte dans le Sud

Publié le dimanche, 11 février 2024
Secteur agricole - Les Egyptiens investissement dans la culture de datte dans le Sud Crédit photo : fournie


Collaboration fructueuse. C’est en cens que les investisseurs et les secteurs privés égyptiens ont annoncé des projets d'établissement d'usines d'engrais à Madagascar. En parallèle, l'Egypte exprime son intention ambitieuse de cultiver des dattes dans le Sud de Madagascar, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives économiques pour les deux nations. Les investisseurs égyptiens, attirés par le potentiel agricole de Madagascar, envisagent sérieusement de mettre en place des usines d'engrais dans le pays. Cette initiative vise à renforcer les capacités locales en matière de production agricole et à contribuer à la sécurité alimentaire. Les discussions entre les parties prenantes sont en cours, et les détails concrets de ces projets prometteurs devraient émerger dans les prochains mois. Les investissements dans les usines d'engrais ne représentent pas seulement une opportunité économique, mais également un moyen de favoriser le développement durable de l'agriculture malagasy. En fournissant des infrastructures modernes et des technologies agricoles avancées, ces usines contribueront à améliorer l'efficacité de la production, tout en minimisant l'impact sur l'environnement. Les synergies entre les investisseurs égyptiens et les acteurs locaux ouvriront la voie à une collaboration mutuellement bénéfique. Dans le même esprit, l'Egypte, en collaboration avec le Programme alimentaire mondial (PAM), explore la possibilité de cultiver des dattes dans le Sud de Madagascar. Des experts égyptiens mènent actuellement des expériences sur un terrain de 10 hectares, démontrant la faisabilité de ce projet. Le climat propice et la qualité du sol dans la région offrent des conditions optimales pour la culture de dattes, ouvrant de nouvelles perspectives économiques et agricoles. Le projet de culture de dattes ne se limite pas à une simple initiative agricole, il incarne également une collaboration internationale significative. La coopération avec le PAM souligne l'engagement des parties prenantes à relever les défis mondiaux tels que la sécurité alimentaire.
Viabilité
Les résultats des expériences en cours seront essentiels pour évaluer la viabilité à long terme de la culture de dattes dans cette région spécifique de Madagascar. L'ambassadrice de l'Egypte, Rabab Said Abdou Abdelhadi, a rencontré jeudi à Anosy le ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, Suzelin Ratohiarijaona, pour discuter des développements en cours. La poursuite du mémorandum précédemment signé, qui concerne les intrants agricoles tels que les semences et les engrais, a été évoquée lors de la réunion. Les deux parties ont également exploré les opportunités de collaboration futures, soulignant l'importance de renforcer les liens bilatéraux dans le domaine agricole. « Cette initiative conjointe souligne l'engagement des deux nations à promouvoir la coopération économique et à exploiter les opportunités offertes par le secteur agricole. En renforçant les capacités locales, ces projets visent à stimuler le développement économique de Madagascar tout en créant des partenariats durables entre l'Egypte et Madagascar », explique le ministre en charge. Les avantages économiques de ces projets ne peuvent être sous-estimés. La création d'emplois locaux, le transfert de connaissances technologiques, et l'augmentation des exportations agricoles sont autant de retombées positives attendues. Ces projets s'inscrivent également dans la vision plus large de l'Egypte et de Madagascar pour diversifier leurs économies respectives et stimuler la croissance à long terme. Ainsi, cette collaboration égypto-malagasy dans le secteur agricole s'avère être une étape cruciale vers le renforcement des liens économiques entre les deux pays. Les prochaines étapes de cette collaboration stratégique seront surveillées attentivement, avec l'espoir qu'elles ouvriront de nouvelles perspectives pour l'agriculture et l'économie des deux pays. La vision partagée d'une prospérité mutuelle et durable guide ces initiatives, marquant ainsi un chapitre prometteur dans l'histoire des relations économiques bilatérales entre l'Egypte et Madagascar.
Hary Rakoto

Fil infos

  • Castration des violeurs - L’Etat malagasy choisit le camp des enfants
  • Déplacement présidentiel en Turquie - Nouvelle offensive économique et diplomatique en vue
  • Castration des violeurs d’enfants - Ingérence de l’Union européenne
  • Arena Rajoelina - Critiques infondées sur ses activités
  • Actu-brèves
  • Forces armées - Pluie d’étoiles chez les officiers
  • Toamasina - Le corps d'un étranger retrouvé dans l'océan
  • Actu-brèves
  • Epidémie de choléra - Un paquebot en escale à Nosy Be suspecté
  • Peine pour les violeurs de mineures - La HCC approuve la castration chirurgicale

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • ODOF, oui mais … !
    La mise sur pied des unités de production dans le cadre du projet gouvernemental ODOF avance à grand pas. L’industrialisation, parmi les trois piliers, 3 Andry, sur lesquels s’appuie la Politique générale de l’Etat (PGE) reprend du souffle, du concret. Le projet One district, one factory, ODOF, est l’un des projets-phare du régime Orange. Un des projets qui marchent à une vitesse grand « V ». Tout porte à croire et au rythme actuel des actions, le projet ODOF couvrira le territoire national à la fin du second mandat de Rajoelina. Et la devise « aucun district n’est oublié » sera atteinte ! D’après certains observateurs de la vie nationale, la concrétisation dudit Projet entre dans la nécessité de la continuité du régime pour un second mandat. Elle justifie la réélection du Président sortant Rajoelina Andry en décembre 2023. Evidemment, il existe d’autres projets en marche qu’il faut, à tout…

A bout portant

AutoDiff