Publié dans Economie

JIRAMA - L’Etat lutte contre la gabegie

Publié le mardi, 26 février 2019

Taper du poing sur la table ! Depuis la semaine dernière, l’Etat a engagé une lutte pour le redressement de la JIRAMA. Le Président de la République Andry Nirina Rajoelina a proposé une solution allant dans ce sens en autorisant la compagnie d’eau et l’électricité d’acheter directement son carburant et réduire ainsi de plus de 30 % ses dépenses. Une déclaration faite lors de son déplacement en Ethiopie. Le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures (MEEH), Vonjy Andriamanaga, a ensuite pris le relais en demandant à ce que  « les contrats entre la JIRAMA et ses fournisseurs soient révisés au plus vite ». Effectivement, jusqu’à maintenant, la compagnie d’eau et d’électricité sort toujours perdante au terme des différents contrats conclus auparavant. Elle est ainsi obligée de toujours faire des ventes à perte, étant donné que le prix de l’énergie venant des fournisseurs à la JIRAMA est bien plus cher que le prix de vente appliqué aux consommateurs. Par exemple, la JIRAMA achète le kWh à plus de 700 ariary au fournisseur pour le revendre ensuite à 500 ariary. Elle enregistre donc une perte de 200 ariary pour chaque vente. Le ministère a donc réussi à convaincre toutes les parties prenantes à reprendre les négociations, à l’issue desquelles tous les collaborateurs de la JIRAMA ont ainsi donné leur accord de principe pour ce faire, sauf un opérateur.

Pour précision, le MEEH voudrait instaurer le système de « coûts complets » où ce seront les fournisseurs qui s’occuperont à la fois de l’approvisionnement et de l’entretien. Le Premier ministre Christian Ntsay a enfoncé le clou avant-hier lors de sa descente également effectuée auprès du site de production de la JIRAMA sis à Ambohimanambola pour faire un état des lieux. Au cours de sa visite, il a pu constater des réalités aberrantes vécues par la société. La compagnie ne paie pas seulement l’énergie consommée mais toute l’énergie produite. Par exemple, si un groupe produit 100 kWh, la JIRAMA devra tout payer même si elle n’en consomme que la moitié. « C’est inadmissible que la JIRAMA paie non pas la puissance consommée mais la puissance installée », tonne le chef du Gouvernement. A lui de marteler que la révision des contrats de la compagnie d’eau et d’électricité avec ses fournisseurs s’avère incontournable. « C’est tout à fait normal qu’avec ce genre de partenariat, la JIRAMA sort perdante. Sa perte financière est due en grande partie par ces contrats barbares », explique le PM. Celui-ci a par ailleurs pointé du doigt certains consommateurs avec leurs branchements illicites qui sont à l’origine des milliards d’ariary de perte de la JIRAMA. Cependant, il faut reconnaître que certains usagers sont condamnés à effectuer cette malversation à cause de la lenteur du service de la JIRAMA qui, par manque d’argent, tarde à satisfaire la demande des potentiels consommateurs de bonne foi. Par conséquent, de grands changements doivent s’opérer. C’est pourquoi le Premier ministre insiste sur le fait que « les nouveaux contrats entre le ministère de tutelle et tous les partenaires de la JIRAMA devront être signés dès la semaine prochaine pour résoudre cette situation intolérable ». Le secteur énergétique joue notamment un rôle prépondérant dans la croissance économique du pays. Il est donc plus que nécessaire d’apporter des solutions efficientes. 
La Rédaction

Fil infos

  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés
  • Fonds routier - Rencontre entre le Président et les entrepreneurs impayés 
  • Déchéance du Président de la République - La HCC renvoie l’Opposition à ses études
Pub droite 1

Editorial

  • Bilan mitigé !
    L’heure du bilan sonne. Le mandat de cinq ans des membres du Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM) tire à sa fin. Présidé dans un premier temps par le feu Général Charles Rabotoarison, Maka Alphonse prend le relais. La mission essentielle consiste à mettre en œuvre le « processus de réconciliation nationale » de telle manière que les blessures laissées par les crises, notamment à partir de 2002, soient guéries et par la suite instaurer un climat d’apaisement pour asseoir enfin l’unité nationale. Une noble mission à laquelle tout dirigeant politique sérieux et tout concitoyen responsable doivent assumer.

A bout portant

AutoDiff