Publié dans Economie

Certification foncière à Madagascar - 52 millions de dollars de la Banque mondiale

Publié le mercredi, 06 mars 2019

Le secteur agricole représente un grand levier pour le développement de l’économie de Madagascar. Pourtant, sa valorisation ne pourrait s’effectuer que par le biais de la sécurisation foncière. En effet, la course à la
« terre » commence à s’intensifier en ce moment. Pourtant, la sécurisation foncière n’est possible qu’à partir du moment où le propriétaire détient un titre foncier. C’est ainsi que la Banque mondiale a octroyé un don de 52 millions de dollars afin de renforcer le programme de certification foncière, mené par le Gouvernement. Ce projet a été approuvé vendredi dernier au sein du Conseil d’administration de la Banque mondiale. « L’agriculture occupe environ 80 % de la population et a le potentiel de sortir des millions de Malagasy de la pauvreté. A moins que les droits fonciers et la propriété ne soient sécurisés, il est peu probable que les agriculteurs investissent à long terme dans les terres qu’ils utilisent. C’est pourquoi la Banque mondiale s’est engagée à soutenir davantage le Gouvernement à mettre en œuvre sa stratégie nationale de certification foncière pour que de nombreuses autres communautés puissent en tirer des avantages », a déclaré Coralie Gevers, représentante de la Banque mondiale à Madagascar.

Projet CASEF

L’Association internationale de développement (IDA) mettra ainsi à l’échelle les acquis du projet de Croissance agricole et de sécurisation foncière (CASEF) et va concevoir des mécanismes de pérennisation des dispositifs communaux. Ce financement additionnel renforcera essentiellement l’appui à la certification foncière ainsi que la production de statistiques agricoles de base, indispensables pour l’analyse et la prise de décision en matière de politique agricole. Ce financement additionnel visera la distribution de 2 millions de certificats fonciers supplémentaires d’ici juin 2022 et appuiera 309 guichets fonciers communaux supplémentaires, ce qui portera le total des guichets fonciers soutenus par le projet de 191 à 500. Avec un total de 2,5 millions de certificats fonciers qui seront distribués, le CASEF soutiendra la plus grande intervention foncière actuelle à Madagascar. Les zones du projet relevant de la composante
« Soutien à la politique foncière et à la certification foncière » seront étendues à quelques Régions supplémentaires, à savoir Diana, Sava, Boeny, Betsiboka, Sofia, Alaotra-Mangoro, Bongolava, Haute-Matsiatra et Amoron’i Mania. L’accent sera mis sur l’amélioration de l’information sur les chaînes de valeur. Un entrepôt de données sera conçu et développé pour soutenir l’intégration et l’harmonisation des données agricoles. A titre d’information, le projet initial CASEF, mis en œuvre depuis septembre 2016, a déjà servi plus de 228 000 ménages agricoles.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars
  • Lutte contre l’insécurité dans la Sofia - Le député Velontsara dénonce l’immixtion de politiciens
  • Maroc - Le retour des Marocains au pays facilité
  • Colloque sur le grand Sud - Un grand pipeline d’eau à construire et 700km de routes à réhabiliter
  • Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province
  • Parlement africain - Le parlement européen doit éviter de s'impliquer dans la crise entre le Maroc et l'Espagne
  • Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le PAC fait-il peur ?
    Le Pôle anti-corruption (PAC) sème-t-il la terreur quelque part ? A en croire certaine manigance orchestrée autour d’une proposition de loi 01-2020 PL échafaudée et soumise à l’Assemblée nationale, on s’interroge légitimement. Modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n° 2016-021 portant règlementation du fonctionnement du PAC, elle inquiète.

A bout portant

AutoDiff