Publié dans Economie

Région du Sud - Nécessité d’autres financements pour réduire la pauvreté

Publié le mercredi, 05 juin 2019

Vulnérable. C’est ce qui résume en un mot la situation de la population dans la Région du Sud de Madagascar. En effet, madame Ursulla Mueller, sous-secrétaire générale en charge des affaires humanitaires et secours d’urgence et monsieur Donald Brown, vice-président adjoint du Fonds international pour le développement agricole (FIDA) sont dans nos murs durant  quatre jours. Lors de leur passage dans la Région du Sud, ils ont constaté l’impact du changement climatique sur la vie de la communauté locale. En effet, ce phénomène aggrave le niveau de vulnérabilité et de pauvreté de la population du Sud. « Pendant les trois jours que j’ai passé à Madagascar, j’ai été témoin de la réalité inacceptable du changement climatique sur les habitants les plus vulnérables. Les phénomènes météorologiques extrêmes  deviennent de plus en plus intenses et fréquents à Madagascar. Ils affectent la vie et les moyens de subsistance de la population.

Durant ma descente dans le Sud, j’ai vu des enfants victimes de malnutrition. Deux Districts situés dans le Sud sont confrontés à l’insécurité alimentaire. Nous devons ainsi nous attaquer sur les causes profondes de la pauvreté et du sous-développement. Cependant, un financement est nécessaire pour répondre aux besoins humanitaires non couverts afin de mettre en œuvre des actions de développement innovantes et intégrées, en particulier dans le grand Sud », rapporte madame Ursulla Mueller. En effet, une stratégie gouvernementale de développement est déjà développée pour le grand Sud. Cependant, sans une action à l’échelle mondiale pour lutter contre le changement climatique, Madagascar continuera à faire face à des inondations, des sécheresses, dont l’intensité sera de plus en plus grande. Le Premier Ministre Ntsay Christian, quant à lui, a souligné l’importance de la conservation des ressources naturelles afin de lutter contre le changement climatique et de favoriser le développement.  A titre d’information, cette année marque la quarantième année de partenariat du FIDA et du Gouvernement malagasy. A ce jour, cette institution spécialisée des Nations unies investit plus de 430 millions de dollars en matière de développement agricole à Madagascar. Elle élabore en ce moment un nouveau programme de partenariat, en appui avec la mise en œuvre du plan Emergence de Madagascar pour réduire la pauvreté.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Nécrologie - Le Père Sylvain Urfer décède en France à l’âge de 80 ans
  • La Vérité de la semaine
  • Lutte contre la Covid-19 - Les mesures prises par Madagascar font école
  • Projets de développement - Le Président sollicite le soutien et l'expertise allemande
  • Le Gouvernement Ntsay face aux députés - Les sujets socio-économiques au menu !
  • Approvisionnement en eau à Antananarivo  - La qualité et la distribution reviendraient à la normale
  • Destruction de forêt - Six individus déférés à Moramanga
  • Hausse des cas de Covid-19 - Des gouverneurs bousculent les mauvaises habitudes
  • Restrictions mondiales liées à la Covid-19 - L’assistante d’Antonio Guterres annule sa mission à Madagascar
  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La CENI opérationnelle !
    Enfin, les neuf nouveaux membres de la CENI entrent en fonction. Comme l’exige la loi, ils ont prêté serment devant la Cour suprême ce mercredi 1er décembre et ce en présence du Chef de l’Etat Rajoelina Andry et du ministre de la Justice Imbiky Herilaza.Arrivés au terme de leur mandat, les anciens commissaires électoraux durent plier bagage. Me Hery Rakotomanana et son équipe cèdent la place à Dama Andrianarisedo Retaf Arsène, Randrianarivonantoanina Tiana Ifanomezantsoa, Ravalitera Jacques Michael, Andriamazaray Andoniaina, Razafindrabe Guy Georges, Abdallah Houssein, Razafimamonjy Laza Rabary, Fidimiafy Roger Marc, Ralaisoavimanjaka Andriamarotafikatohanambahoaka. Victime de certain dysfonctionnement dans le mécanisme interne, l’ancienne Instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara avait dû se débattre durement pour esquiver les boulets rouges de certains acteurs politiques. Me Rakotomanana dut user de son talent d’Avocat pour plaider la cause de ses anciens confrères. Il fallait défendre à tout prix l’intégrité et la crédibilité de…

A bout portant

AutoDiff