Publié dans Economie

Téléphone portable à Madagascar - 3 millions d’appareils clandestins utilisés

Publié le jeudi, 01 août 2019

Obsolètes. Depuis le mois de janvier 2018, l’importation et la vente de téléphones  avec un code IMEI invalide sont interdites, selon l’arrêté n°890/2018. Cette mesure a notamment été prise afin de protéger les utilisateurs d’éventuels problèmes causés par ces produits contrefaits, plus particulièrement ceux qui peuvent nuire leur état de santé. En plus de l’importation et de la vente, l’utilisation des ces produits hors normes est également interdite, depuis le mois de juin dernier. « Toutefois, malgré ces interdictions, on continue de vendre ces produits contrefaits » se désole Laurent Richard Rakotomalala, directeur général de l’Autorité de régulation des technologies de communication (ARTEC), hier, dans ses locaux, à Ivandry. Selon les chiffres fournis par l’ARTEC, sur plus de 10 millions d’abonnés ayant accès au réseau mobile, fourni par les quatre opérateurs dans le pays, les 3 millions utilisent des téléphones clandestins. En effet, le code IMEI équivaut à une carte d’identité mais spécifique aux téléphones. Un téléphone sans IMEI valide est comme une personne sans papiers. « Nous avons déjà tous les détails concernant ces téléphones. Quelques-uns se trouvent dans la Capitale. Mais la grande majorité se localise dans les banlieues reculées et les villages éloignés du pays. Ils continuent d’avoir accès au réseau mobile, mais pour une durée déterminée. Il ne faut pas oublier que la durée de vie de ces téléphones est limitée en comparaison aux téléphones aux IMEI valides », précise le Dg de l’ARTEC.


Régime libre
A Madagascar, la vente de téléphones, de smartphones ou de tablettes est régie par un régime libre. De ce fait, tout le monde peut vendre un téléphone. « Il suffit juste que l’opérateur dépose une demande d’importation auprès du module MIDAC. Toutefois, avant de lui octroyer une autorisation, nous demandons tous les codes IMEI des téléphones qu’ils veulent importer pour pouvoir vérifier leur validité. Après, c’est le vendeur qui est responsable au cas où quelque chose ne va pas selon les normes », explique Laurent Richard Rakotomalala. Malgré ces modalités imposées aux importateurs et les contrôles, des téléphones arrivent quand même à entrer illégalement sur le territoire. Ainsi, l’ARTEC et l’administration douanière travaillent conjointement dans le contrôle a posteriori de tous les vendeurs de téléphones présents dans le pays. D’un autre côté, la vérification des téléphones apportés par les particuliers reste un peu floue. Effectivement, jusque-là, aucune vérification d’adresse IMEI ou autre ne se fait à l’aéroport d’Ivato. Afin de vérifier que votre portable est valide, il suffit de taper *#06#  et votre code apparaîtra.
Rova Randria

Fil infos

  • Affaire Raoul Arizaka Rabekoto - L'INSCAE réagit et précise
  • Tovonanahary Rabetsitonta sur la pandémie - « Les mesures préconisées par l'Etat malagasy ont été efficaces »
  • Covid-19 - Le PM expose le cas malagasy à l'AG des Nations unies
  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto

La Une

Editorial

  • Groupe de Panorama, m'as-tu vu !
    Et voilà, le monsieur réapparait ! Après avoir été limogé du fauteuil de ministre de la Communication pendant quatre longues années, il terrait quelque part. Il remonte subitement en surface et micro à la main, occupe le devant de la scène. La traversée du désert, dans l'obscurité de la nuit, commence à lui taper les nerfs. La station de radio, la seule compensation après la « chute », lui avait été arrachée brutalement. Il faut bien bouger les f… !

A bout portant

AutoDiff