Publié dans Economie

Téléphone portable à Madagascar - 3 millions d’appareils clandestins utilisés

Publié le jeudi, 01 août 2019

Obsolètes. Depuis le mois de janvier 2018, l’importation et la vente de téléphones  avec un code IMEI invalide sont interdites, selon l’arrêté n°890/2018. Cette mesure a notamment été prise afin de protéger les utilisateurs d’éventuels problèmes causés par ces produits contrefaits, plus particulièrement ceux qui peuvent nuire leur état de santé. En plus de l’importation et de la vente, l’utilisation des ces produits hors normes est également interdite, depuis le mois de juin dernier. « Toutefois, malgré ces interdictions, on continue de vendre ces produits contrefaits » se désole Laurent Richard Rakotomalala, directeur général de l’Autorité de régulation des technologies de communication (ARTEC), hier, dans ses locaux, à Ivandry. Selon les chiffres fournis par l’ARTEC, sur plus de 10 millions d’abonnés ayant accès au réseau mobile, fourni par les quatre opérateurs dans le pays, les 3 millions utilisent des téléphones clandestins. En effet, le code IMEI équivaut à une carte d’identité mais spécifique aux téléphones. Un téléphone sans IMEI valide est comme une personne sans papiers. « Nous avons déjà tous les détails concernant ces téléphones. Quelques-uns se trouvent dans la Capitale. Mais la grande majorité se localise dans les banlieues reculées et les villages éloignés du pays. Ils continuent d’avoir accès au réseau mobile, mais pour une durée déterminée. Il ne faut pas oublier que la durée de vie de ces téléphones est limitée en comparaison aux téléphones aux IMEI valides », précise le Dg de l’ARTEC.


Régime libre
A Madagascar, la vente de téléphones, de smartphones ou de tablettes est régie par un régime libre. De ce fait, tout le monde peut vendre un téléphone. « Il suffit juste que l’opérateur dépose une demande d’importation auprès du module MIDAC. Toutefois, avant de lui octroyer une autorisation, nous demandons tous les codes IMEI des téléphones qu’ils veulent importer pour pouvoir vérifier leur validité. Après, c’est le vendeur qui est responsable au cas où quelque chose ne va pas selon les normes », explique Laurent Richard Rakotomalala. Malgré ces modalités imposées aux importateurs et les contrôles, des téléphones arrivent quand même à entrer illégalement sur le territoire. Ainsi, l’ARTEC et l’administration douanière travaillent conjointement dans le contrôle a posteriori de tous les vendeurs de téléphones présents dans le pays. D’un autre côté, la vérification des téléphones apportés par les particuliers reste un peu floue. Effectivement, jusque-là, aucune vérification d’adresse IMEI ou autre ne se fait à l’aéroport d’Ivato. Afin de vérifier que votre portable est valide, il suffit de taper *#06#  et votre code apparaîtra.
Rova Randria

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff