Publié dans Economie

Groupe FILATEX - Une vingtaine de lampadaires solaires installés dans la ville de Morondava

Publié le dimanche, 22 septembre 2019

Apres avoir installé des lampadaires solaires dans la ville d’Antsiranana, le groupe FILATEX éclaire cette fois-ci Morondava - la Capitale économique et administrative du Menabe. Il s’avère que l’insécurité règne dans cette ville à cause du manque d’infrastructures. Ainsi, le groupe FILATEX, à travers la société ENELEC, a installé une vingtaine de lampadaires solaires et autonomes dans deux quartiers chauds de la Commune, notamment dans l’axe digue entre Tanambao et Ankisirasira, mais également à Soafila.

La cérémonie d’inauguration de ces nouvelles infrastructures s’est tenue jeudi dernier sur l’axe digue, en présence des autorités locales. « Notre président-directeur général Abdoulrassoul Yadarhoussen est originaire de Morondava. Non seulement, il ressent un attachement particulier à cette ville, mais Morondava vient aussi d’être nommée zone touristique internationale. Grâce à l’énergie solaire, certains quartiers ne sont plus considérés comme des  zones rouges. De plus, ces nouvelles infrastructures vont permettre d’alléger les dépenses de la Commune puisqu’elle n’aura à payer aucune somme à la JIRAMA. Quant à l’éclairage, les lumières s’allument et s’éteignent automatiquement à partir de 18 heures jusqu’à 6 heures du matin. A noter que la responsabilité sociétale de notre entreprise est basée sur l’atteinte des objectifs de développement durable dont celui de la lutte conte le changement climatique », explique Dominique Andréas, directeur général du groupe FILATEX.

Appui au tourisme

Parallèlement à cela, le maire de la ville de Morondava, Kolo Frijof espère une augmentation du nombre de voyageurs grâce à la restauration de la sécurité. Dorénavant, les voyageurs pourront circuler en toute sécurité dans cette ville. « La mise en place de ces lampadaires solaires contribue grandement à la promotion du secteur touristique car non seulement ces éclairages réduisent l’insécurité, mais elles améliorent également l’image de la ville. Auparavant, toutes les activités s’arrêtent à 19 heures à cause de ce phénomène. De plus, le nombre de touristes est descendu à son plus bas niveau l’année précédente. Nous avons accueilli seulement 20 000 touristes contre 35 000 en 2017. Alors que notre ville reçoit chaque année 35 000 touristes pour visiter l’Allée des baobabs et le "Tsingy de Bemaraha". Nous avons déjà attiré 20 000 touristes durant ces huit derniers mois, et j’espère que ce nombre augmentera puisque les voyageurs n’auront plus désormais rien à craindre en ce qui concerne leur sécurité », s’enthousiasme-t-il lors de son discours. A titre d’information, le tourisme reste la deuxième source de revenu de la population dans cette ville après l’élevage et l’agriculture.  

Solange Heriniaina

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff