Publié dans Economie

Tourisme - Morondava attire toujours des visiteurs

Publié le lundi, 23 septembre 2019

Déforestation, insécurité. Malgré ces situations, la Commune de Morondava attire toujours les touristes. Leur effectif a d’ailleurs grimpé cette année par rapport à l’année dernière. La ville a déjà accueilli en huit mois 20 000 touristes, un chiffre déjà atteint durant l’année précédente. En effet, Morondava reçoit chaque année les voyageurs qui visitent l’Allée des baobabs et le « Tsingy de Bemaraha ». Ce dernier reste une destination incontournable puisque 2 340 touristes s’y sont rendus pour visiter le parc.

En parallèle à cela, lors d’une descente sur le lieu la semaine dernière, une centaine de touristes internationaux se sont arrêtés le soir pendant une trentaine de minutes à l’Allée des baobabs, uniquement pour admirer le coucher du soleil. « Je viens de Belgique et je passe mes deux semaines de vacances dans la Grande île. Nous avons droit à un coucher du soleil tous les jours mais le spectacle s’avère époustouflant à l’Allée des baobabs. Nous avons déjà visité Antananarivo, Antsirabe et le "Tsingy de Bemaraha". Il faut dire que Madagascar est un vrai paradis avec ses faunes et flores », constate Eric, un touriste. « Nous avons également effectué une petite escale à la plage de Kimony et à Nosy Kely », poursuit une autre touriste.

Le changement de statut de Morondava en zone touristique internationale va également promouvoir davantage le secteur. « Le changement du statut de Morondava en zone touristique internationale améliorera certainement notre économie. Nous avons un avantage puisqu’une école internationale de tourisme est déjà mise en place dans la ville. La Commune de Morondava possède ainsi des mains-d’œuvre qualifiées pour travailler dans le secteur », s’enthousiasme Kolo Frijof, maire de la Commune de Morondava.

En dehors de la disparition des forêts, une situation qui défavorise l’affluence des visiteurs venant des pays étrangers, ces derniers ont encore peur des éventuelles attaques des « dahalo ». « Les Forces de l’ordre ont déjà effectué une opération de restauration de la sécurité. Malgré cela, les touristes ont encore peur des bandits de grand chemin. Pour rassurer les voyageurs, nous quittons Antananarivo à 3 heures du matin pour éviter d’emprunter l’axe Miandrivazo-Morondava après 16 heures », explique un guide.

Solange Heriniaina

 

Fil infos

  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective
  • Lutte contre la corruption - « La volonté politique est primordiale »
  • Lutte contre la Covid-19 - Roland Ratsiraka veut encore semer le chaos
  • Port du masque à Antananarivo - Les sanctions sont tombées pour des récalcitrants
  • Lalatiana Andriatongarivo - La prolongation du mandat des sénateurs est inconstitutionnelle
  • Députés de Madagascar - Rien que des faveurs personnelles
  • Visite à Ambatondrazaka - Andry Rajoelina encourage les écoliers
  • Création de nouvelles Régions - Le plateau de Mahafaly et le Mangoro dans la liste d’attente

La Une

Editorial

  • Approche à revoir
    Quatre professionnels du média défraient la chronique ces derniers jours. A la Une des journaux, ils font couler beaucoup d'encre. Sabrina, animatrice d'antenne de Kolo TV, accusée de propagation de fausses nouvelles troublant l'ordre public, fut placée sous mandat de dépôt à Antanimora. Après un séjour d’un mois, elle bénéficia d'un relax suite à une décision présidentielle. Arphine Helisoa, une autre journaliste poursuivie pour propagation de fausses nouvelles et incitation à la haine à l'encontre de la personne du Président de la République, séjourna trente jours à Antanimora. Elle retrouva également sa liberté grâce à un geste du Président Rajoelina Andry.

A bout portant

AutoDiff