Publié dans Economie

Groupe FILATEX - Une vingtaine de lampadaires solaires installés dans la ville de Morondava

Publié le dimanche, 22 septembre 2019

Apres avoir installé des lampadaires solaires dans la ville d’Antsiranana, le groupe FILATEX éclaire cette fois-ci Morondava - la Capitale économique et administrative du Menabe. Il s’avère que l’insécurité règne dans cette ville à cause du manque d’infrastructures. Ainsi, le groupe FILATEX, à travers la société ENELEC, a installé une vingtaine de lampadaires solaires et autonomes dans deux quartiers chauds de la Commune, notamment dans l’axe digue entre Tanambao et Ankisirasira, mais également à Soafila.

La cérémonie d’inauguration de ces nouvelles infrastructures s’est tenue jeudi dernier sur l’axe digue, en présence des autorités locales. « Notre président-directeur général Abdoulrassoul Yadarhoussen est originaire de Morondava. Non seulement, il ressent un attachement particulier à cette ville, mais Morondava vient aussi d’être nommée zone touristique internationale. Grâce à l’énergie solaire, certains quartiers ne sont plus considérés comme des  zones rouges. De plus, ces nouvelles infrastructures vont permettre d’alléger les dépenses de la Commune puisqu’elle n’aura à payer aucune somme à la JIRAMA. Quant à l’éclairage, les lumières s’allument et s’éteignent automatiquement à partir de 18 heures jusqu’à 6 heures du matin. A noter que la responsabilité sociétale de notre entreprise est basée sur l’atteinte des objectifs de développement durable dont celui de la lutte conte le changement climatique », explique Dominique Andréas, directeur général du groupe FILATEX.

Appui au tourisme

Parallèlement à cela, le maire de la ville de Morondava, Kolo Frijof espère une augmentation du nombre de voyageurs grâce à la restauration de la sécurité. Dorénavant, les voyageurs pourront circuler en toute sécurité dans cette ville. « La mise en place de ces lampadaires solaires contribue grandement à la promotion du secteur touristique car non seulement ces éclairages réduisent l’insécurité, mais elles améliorent également l’image de la ville. Auparavant, toutes les activités s’arrêtent à 19 heures à cause de ce phénomène. De plus, le nombre de touristes est descendu à son plus bas niveau l’année précédente. Nous avons accueilli seulement 20 000 touristes contre 35 000 en 2017. Alors que notre ville reçoit chaque année 35 000 touristes pour visiter l’Allée des baobabs et le "Tsingy de Bemaraha". Nous avons déjà attiré 20 000 touristes durant ces huit derniers mois, et j’espère que ce nombre augmentera puisque les voyageurs n’auront plus désormais rien à craindre en ce qui concerne leur sécurité », s’enthousiasme-t-il lors de son discours. A titre d’information, le tourisme reste la deuxième source de revenu de la population dans cette ville après l’élevage et l’agriculture.  

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff