Publié dans Editorial

Mutisme criant

Publié le jeudi, 15 octobre 2020

Des fois, le silence radio casse le tympan. Telle une cérémonie d'obsèques, ambiance sévère et lourde, le silence crève le cœur et l'esprit. Amis et partisans zélés d'hier, d'aujourd'hui indifférents ou presque excellents dans un silence éloquent.  Grassement casés quelque part, à la Présidence, dans les ambassades, au Gouvernement, dans les grandes sociétés, dans les Régions, à la CUA une grosse partie d'entre eux sinon tous se terrent et laissent le maître des céans se débrouiller seul.  Or, la bataille fait rage sur tous les fronts. Le moment où l'on doit à jamais se serrer les rangs.

 

Rajoelina dans le triangle du Nord. Rajoelina dans le Grand Sud. Rajoelina dans le vaste pays de l'Ouest. Rajoelina dans le front de l'Est, du Sud-est. Seul par ici et seul par-là. Bref, Zandry kely se démène partout ! Au village et dans les champs ! Au four et au moulin ! Le Président fait face seul aux tirs croisés de boulets rouges. Mais, où sont-ils ? Cette question, nous l'avions déjà posé à maintes reprises. En fin de compte, on a tiré la sonnette d'alarme dans le désert où silence et indifférence règnent. Pas d'échos dans les parages ! En juillet 2019, en lieu et place de cette colonne, nous nous étions fait l'occasion d'attirer l'attention à tous ceux qui sont appelés à diriger ce pays sur le fait que la solidarité gouvernementale faisait défaut. L'équipe a du mal à suivre le rythme du chef. Ses consignes peinent à se concrétiser. Le combat contre la pandémie aggrave la situation. La lutte pour écraser l'ennemi nécessite la collaboration effective de tous. Certains membres du Gouvernement brillent par leur absence au front. Certains dirigeants d'association ou des activistes, membres du comité de soutien du candidat porte-fanion du Mapar, participant avec zèle à la campagne électorale disparaissent comme par enchantement dans la nature. Il leur a suffi d'obtenir un poste quelconque ou parfois même des strapontins quelque part pour qu'ils se taisent et se fondent dans la nature comme si de rien n'était. En somme, sauf quelques voix sporadiques, tout le monde se tait. Un décor de silence assourdissant qui fait crier les … muets.

Certains dirigeants de parti composant l'ossature de l'IRD-IRK, le comité national d'organisation de soutien du candidat n° 13, ayant réussi à se faire caser, après la victoire, dans le Gouvernement ou dans la haute sphère du régime adoptent un comportement douteux. Ils préfèrent se mettre à l'écart et évitent de se mêler au cafouillage. Certains observateurs avisés craignent qu'ils mijotent d'abattre le locataire d'Iavoloha. Inutile de citer des noms, ils se dévoileront un jour. En tout cas, ils laissent le numéro Un du pays affronter seul les vagues.

Le Président Rajoelina va aborder d'ici peu le second mi-mandat. Une étape cruciale et délicate à gérer justement avec doigté et prudence. En fait, tout se joue alors pour aboutir en beauté. Un improbable échec coûte très cher pour l'avenir politique du régime Mapar et pour le pays. Où sont-ils ?

Le camp d'en face fait du bruit, jette des pierres et profère des injures. A l'heure où l'on doit se serrer les coudes et parler d'une même voix, le camp du pouvoir se disperse, du moins pour certains, et se terre dans un mutisme criant.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Députés de Madagascar - Rien que des faveurs personnelles
  • Visite à Ambatondrazaka - Andry Rajoelina encourage les écoliers
  • Création de nouvelles Régions - Le plateau de Mahafaly et le Mangoro dans la liste d’attente
  • Région Alaotra Mangoro - Le Président Andry Rajoelina honore ses promesses
  • Dépenses inutiles - L'Assemblée nationale sous le feu des critiques !
  • Secret du vote aux sénatoriales - Une seule et unique urne par District
  • Découpage territorial - Ikongo, Vohipeno et Manakara inséparables
  • Organisation des Jeux des îles de l'océan Indien 2023 - La candidature malagasy discréditée par les « zalous »
  • Code municipal d’hygiène - Sensibilisation et éducation du citoyen avant tout
  • Mairie d’Antananarivo - Des élus oublient leur principale mission

La Une

Editorial

  • Jeu interdit !
    A quoi joue-t-on là-haut ? Immaturité politique ou gaminerie mal assimilée ! En tout cas, quelque chose pas très catholique du moins déconcertant se produit dans les rangs des dirigeants du régime en place. Totalement inconscients de l’impact nocif de leurs actes, certains s’amusent à s’adonner à un certain jeu dangereux, guerre entre frères d’armes. Non seulement un jeu dangereux mais plutôt interdit. Des observateurs avisés redoutent l’éclatement.

A bout portant

AutoDiff