Publié dans Editorial

FMF, fais gaffe !

Publié le mercredi, 28 octobre 2020

Parlons du sport. Il est souvent constaté que le sport est un vecteur capable de déclencher une dynamique de développement. Le football en est un des éléments les plus prometteurs.
L’avenir des Barea serait-il compromis ? A peine débarrassé de sa malédiction, le ballon rond malagasy risque fort de rechuter. La Fédération malagasy de football (FMF), principale responsable de la gestion du sport-roi à Madagasikara, se retrouve entre les mains de ces vieux démons. Les faits qui se présentent en ces temps-ci ne nous permettent d’avoir une visibilité, à court et à moyen terme, sur l’avenir des Barea.
On est à quelques encablures des matches éliminatoires contre la Côte d’Ivoire comptant pour la CAN 2021 prévue pour les 12 et 17 novembre, mais rien ne va plus à la « maison » du football malagasy d’Isoraka. Les « parents » se chamaillent et sont au bord du divorce, si ce n’est pas déjà le cas. Les « enfants », abandonnés à leurs propres comptes, ne savent plus à quel saint vouer leur sort !
L’adversaire qui attend les Barea au Stade Manarapenitra de Barikadimy, les Eléphants de la Côte d’Ivoire, figure parmi les meilleures formations de l’Afrique, un des favoris de la CAN 2021. Parmi les mondialistes de Russie 2018, la Côte d’Ivoire doit être prise très au sérieux.
A la lueur de ce qui se trame à Isoraka ces derniers jours, l’occasion de pouvoir miser positivement sur l’avenir luisant de notre club fétiche s’amenuise. Une Fédération « coupée » en deux perdra sûrement sa crédibilité et sa force. Le vrai problème réside sur le fait que le ministère de tutelle n’y peut rien pratiquement. Au risque sinon d’être taxé d’ingérence flagrante par la FIFA, Ambohijatovo a intérêt à garder la distance. Le départ rocambolesque de Raoul Arizaka Rabekoto, le président élu et le seul reconnu, par les instances internationales dont la FIFA, plonge la FMF au fond de l’abime de la désolation.
Les décennies d’errance du football malagasy résulte de l’incurie des dirigeants du sport-roi au niveau de la Fédération nationale. Durant les moments forts de la Première République, le football connut une certaine embellie. Mais au fil des années, les Akon’Ambatomena, les Fortior Club de la Côte Ouest, les Saint-Michel et bien d’autres clubs qui avaient fait la gloire du sport malagasy en général et du foot en particulier disparaissent totalement du circuit. Le Club M de Schnittger, des années 80-90, qui brillait sur le firmament de Madagasikara en faisant trembler les grandes équipes africaines finit son parcours dans l’anonymat.
Et nous y voilà de nouveau sur la pente raide. L’ombre de la galère plane derechef sur la tête de l’équipe nationale. Juste au moment où les poulains de Nicolas Dupuis vont affronter un adversaire de taille que la FMF joue faux. Censée apporter le soutien nécessaire, la FMF s’égare dans les petites guerres intestines. Un faux bond qui risque d’impacter lourdement sur le moral de la troupe.
Attention messieurs et mesdames du Comité exécutif de la FMF, vous êtes là en train de faire basculer l’espoir de tous les Malagasy !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff