Publié dans Editorial

Commission-clé

Publié le jeudi, 29 octobre 2020

La Haute Cour de Justice (HCJ) a transmis à l'Assemblée nationale, plus précisément à la Commission spéciale de mise en accusation devant la HCJ, des dossiers concernant d'anciens hauts dirigeants d'Etat pour validation. Les 17 membres de la Commission spéciale présidée par le député de Vohipeno Tsabotokay Honoré ont déjà commencé leurs travaux. Selon le président Tsabotokay, trois dossiers impliquant des membres de Gouvernement de la Transition de 2009 à 2013 et de 2014 à 2018 font l'objet d'études. Ils ont jusqu'au 17 novembre prochain pour présenter les résultats de leurs travaux à l'Assemblée qui va voter à main levée.

 

Tsabotokay, par respect à la règle de confidentialité et au nom du principe de la présomption d'innocence, s'évertua à ne pas révéler les identités de ces personnalités impliquées. En réalité, ce n'est qu'un secret de polichinelle !  Défrayés par la chronique, à l'époque des faits, les noms de ces membres de Gouvernement indélicats ne sont plus un secret au commun des mortels. Tous, frappés d'interdiction de sortie du territoire (IST), certains ont réussi à semer la Justice. Ils se coulent des jours heureux ailleurs ! Alors, les travaux de la Commission spéciale ne seraient ainsi que des coups d'épée dans l'eau.  

Finalement, à quoi bon de faire tout ce tralala si a priori on connait pertinemment que les concernés ne se trouvent plus sur place ? N'est-ce pas une mascarade de jugement ? L'ancien Garde des sceaux, Jacques Andrianasolo, s'était permis d'émettre des réserves sur la pertinence de la procédure de mise en accusation. L'ancien procureur auprès de la Cour Suprême n'hésitait pas de juger d'inefficace la longue procédure à suivre pour mettre en accusation un haut dirigeant d'Etat (chef d'institution, ministre ou autre). En fait, il s'agit d'une manière détournée d'accorder une immunité aux gros poissons politiques. Attendre un ou deux ans après le constat des faits pour déclencher les recours au Tribunal offre l'occasion aux délinquants de se fondre, ici ou ailleurs, dans la nature.  

N'empêche que la mission confiée à la Commission spéciale revêt un caractère crucial voire vital dans la mesure où cela permet aux concitoyens d'avoir une visibilité dans la lutte contre les mauvaises pratiques au sein de la haute sphère de l'Etat.

Quoi qu'on dise, cette commission-clé tient un rôle-pilote dans la lutte contre toute forme de délinquance dans la gestion des affaires nationales. On attend de pied ferme l'issue des travaux.  

Ndrianaivo

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff