Publié dans Editorial

Commission-clé

Publié le jeudi, 29 octobre 2020

La Haute Cour de Justice (HCJ) a transmis à l'Assemblée nationale, plus précisément à la Commission spéciale de mise en accusation devant la HCJ, des dossiers concernant d'anciens hauts dirigeants d'Etat pour validation. Les 17 membres de la Commission spéciale présidée par le député de Vohipeno Tsabotokay Honoré ont déjà commencé leurs travaux. Selon le président Tsabotokay, trois dossiers impliquant des membres de Gouvernement de la Transition de 2009 à 2013 et de 2014 à 2018 font l'objet d'études. Ils ont jusqu'au 17 novembre prochain pour présenter les résultats de leurs travaux à l'Assemblée qui va voter à main levée.

 

Tsabotokay, par respect à la règle de confidentialité et au nom du principe de la présomption d'innocence, s'évertua à ne pas révéler les identités de ces personnalités impliquées. En réalité, ce n'est qu'un secret de polichinelle !  Défrayés par la chronique, à l'époque des faits, les noms de ces membres de Gouvernement indélicats ne sont plus un secret au commun des mortels. Tous, frappés d'interdiction de sortie du territoire (IST), certains ont réussi à semer la Justice. Ils se coulent des jours heureux ailleurs ! Alors, les travaux de la Commission spéciale ne seraient ainsi que des coups d'épée dans l'eau.  

Finalement, à quoi bon de faire tout ce tralala si a priori on connait pertinemment que les concernés ne se trouvent plus sur place ? N'est-ce pas une mascarade de jugement ? L'ancien Garde des sceaux, Jacques Andrianasolo, s'était permis d'émettre des réserves sur la pertinence de la procédure de mise en accusation. L'ancien procureur auprès de la Cour Suprême n'hésitait pas de juger d'inefficace la longue procédure à suivre pour mettre en accusation un haut dirigeant d'Etat (chef d'institution, ministre ou autre). En fait, il s'agit d'une manière détournée d'accorder une immunité aux gros poissons politiques. Attendre un ou deux ans après le constat des faits pour déclencher les recours au Tribunal offre l'occasion aux délinquants de se fondre, ici ou ailleurs, dans la nature.  

N'empêche que la mission confiée à la Commission spéciale revêt un caractère crucial voire vital dans la mesure où cela permet aux concitoyens d'avoir une visibilité dans la lutte contre les mauvaises pratiques au sein de la haute sphère de l'Etat.

Quoi qu'on dise, cette commission-clé tient un rôle-pilote dans la lutte contre toute forme de délinquance dans la gestion des affaires nationales. On attend de pied ferme l'issue des travaux.  

Ndrianaivo

Fil infos

  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un couple battant
    Le jeune couple ne se laisse guère abattre. Moralement et physiquement solides, le Chef de l’Etat et la Première dame tiennent bon et ce en dépit des attaques sordides.

A bout portant

AutoDiff