Publié dans Editorial

Quid de la légitimité !

Publié le dimanche, 08 novembre 2020

Le comportement, pour le moins perturbateur, de ceux qui prétendent descendre directement d’Andrianjaka, les Taranaky ny Andrianan’Imerina, fait débat. De quelle légitimité repose leur démarche. Et si la légitimité serait avérée, certains observateurs se demandent, ne sont-ils pas coupables d’abus ? Dans le code de la route, il existe une faute que l’on appelle « l’abus de priorité » C’est une faute comme une autre devant le code. L’abus de légitimité peut être interprété comme tel.

 

Ndriana Rabarihoela, président des Taranaky ny Andrianan’Imerina, s’oppose sur toute la ligne contre tous les actes entrepris par les autorités étatiques touchant de près ou de loin l’Anatirova. Il condamne catégoriquement toute initiative ayant comme objet le Palais de Manjakamiadana sans avoir pris la peine de les consulter au préalable. D’où la question « ont-ils la légitimité sinon le droit d’agir ainsi ? » Autrement dit « le Palais de Manjakamiadana resterait-il, en plein dans un régime républicain, un bien privé de tous ceux qui prétendent être des descendants des Rois et des Reines merina ? ».

Depuis la nuit des temps, la Grande île est morcelée en petits ou grands royaumes. Ni Andrianampoinimerina ni Laidama, son fils, dans les œuvres d’unification de pays, n’avaient aucune intention de réduire à néant ces royaumes. Le but recherché consistait à créer une Nation unie. Une unité dans la diversité où chaque région ou localité gardait leur Ampanjaka. Mais, il devait exister un pouvoir central dont le siège se trouvait à Antananarivo.

La loi d’annexion de Madagasikara du 6 août 1896, abolissant la royauté d’Antananarivo, n’entendait pas toucher les structures traditionnelles éparpillées à travers l’île. Les Ampanjaka continuaient d’exister en tant qu’autorité traditionnelle. Tandis qu’à Antananarivo, les familles royales et leurs descendants durent s’incliner totalement devant les nouveaux conquérants, les Vazaha. Le pouvoir colonial central gérait directement à sa guise le Palais de Manjakamiadana. Gallieni signa un décret transformant le Palais de la Reine en musée. Et il n’en jugeait même pas nécessaire à consulter les descendants des souverains.

En 1958-60, Madagasikara recouvre son indépendance et accède au statut de République. La royauté cède définitivement la place à un régime républicain et démocratique. Le Palais royal reste un monument historique national géré par le département de la Culture.

En 2018, Rajoelina Andry Nirina gagna, haut la main, l’élection à la magistrature suprême de l’Etat. Dès l’entame de son mandat, le Président fraichement investi s’engagea solennellement à Mahamasina qu’il va restaurer, les yeux braqués en haut, le Palais de Manjakamiadana.

Promesse due, chose faite. Le 6 novembre 2020, le Chef de l’Etat et son épouse, en présence d’un parterre de hautes personnalités civiles et militaires et les dignitaires traditionnels de toute l’île inaugurent le Palais d’Anatirova entièrement rénové et suivant scrupuleusement les normes imposées en la matière. Un cadeau à la Nation, en plus, le couronnement de dais de Ranavalona III a été remis à sa place. Qui aurait fait mieux ?

Et voilà, les Taranaka Andriana remettent tout en cause. En vertu de quel droit ou de quelle légitimité ? A moins qu’ils s’aventurent sur le terrain glissant de la politique, ils ne sont pas habilités à émettre des remarques désobligeantes du moment qu’on ne détruise ni défigure pas le « Rovan’i Madagasikara » qui cimentera l’unité nationale.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff