Publié dans Editorial

Barea, public désemparé !

Publié le vendredi, 13 novembre 2020

Ecartelé entre la rage de vouloir crier victoire et la déception amère, pris en étau entre un optimisme béat et un pessimisme tordu ou malade, le public national malagasy ne sait plus à quoi s’en tenir. Le matchaller de jeudi dernierau Stade d’Alassane Ouattara entre Barea de Madagasikara et les Eléphants de la Côte d’Ivoire nous laisse un goût aigre-doux, mi-figue mi-raisin.
Avec un petit recul de vingt-quatre heures et à soixante-douze heures du match retour, les analyses vont bon train. D’un score de deux buts à un, en faveur de l’équipe hôte, la marge de manœuvre de notre Onze national semble étroite mais rien n’est perdu. L’espoir reste toujours permis. En fait, pouvoir marquer même un but à l’extérieur surtout dans le Stade fétiche de l’adversaire, ne se gagne pas facilement. Une performance qu’il ne faut pas sous-estimer.
On avait l’impression que les poulains de Nicolas Dupuis ne parviennent pas à se débarrasser d’un certain complexe face à une équipe bien rodée aux rencontres internationales. Il semble qu’on n’ose pas affronter frontalement les adversaires, on évite parfois les contacts physiques. Nos vaillants protégés laissent trop les Eléphants faire leur jeu. Voavy Paulin qui montre bien l’exemple d’un joueur… sans complexe sinon décomplexé, nous étale par A+B le résultat obtenu. Voavy, par sa rage fugueuse de réussir, a su trouver le chemin du filet. Certes, sa fugue dénuée de tout complexe lui a joué, un moment, un mauvais tour mais Paulin s’est vite rattrapé de cet « écart ». Le rôle stratégique tenu par Jérémy Morel, sans complexe aussi, dans la coordination de l’espace névralgique de l’arrière permet de limiter les dégâts. Ne jamais oublier que la meilleure défense, c’est l’attaque !
Le jeu d’ensemble cohérent est également à peaufiner. Il faut que les onze affichent sur terrain une capacité réelle à maîtriser un jeu coordonné capable de déstabiliser l’adversaire. Les prestations et les qualités individuelles sont nécessaires même indispensables mais elles doivent s’inscrire dans un jeu d’équipe en commun. Fallait-il remarquer que le point positif des grands clubs tels que les Bayern Munich ou les PSG ou les Manchester United réside dans leur faculté à maîtriser le match et ce dans un jeu d’ensemble presque parfait.
Un troisième point et qui n’est pas des moindres se présente par le manque de présence d’esprit et l’incapacité à anticiper le jeu. Evidemment, ces manquements graves ont été dans un certain sens les raisons récurrentes conduisant à la défaite. On a pu noter une négligence ou absence d’esprit constatée, surtout, chez les joueurs évoluant en milieu de terrain. Un gap que les Eléphants ont su profiter à leur avantage.
Tout se joue au match retour à Barikadimy le 17 novembre. A la lueur du match aller, les Eléphants sont, sans vaine prétention ni fausse modestie, à la portée des Barea. Gagner la rencontre est possible et réalisable. Madagasikara peut très bien garder sa place de leader du Groupe K. « Alefa Barea ! ».
Ndrianaivo



Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff