Publié dans Editorial

La voie est libre

Publié le jeudi, 12 novembre 2020

Désormais, Naina Andriantsitohaina roule librement sur la grande avenue de la Commune urbaine d'Antananarivo (CUA). Le Conseil d'Etat a rejeté, en cassation, les requêtes pour annulation déposées par le candidat malheureux du TIM, Riana Randriamasinoro, à l'encontre du candidat IRD élu Andriantsitohaina lors de l'élection du maire d'Antananarivo. En fait, le Conseil d'Etat emboîte le pas au Tribunal administratif d'Antananarivo qui avait déclaré la victoire de Naina Andriantsitohaina.

 

La voie est libre. Il s'agit de l'ultime recours pour Riana Randriamasinoro. Le verdict du Conseil d'Etat ne fait plus l'objet d'aucun recours. C'est la plus haute juridiction en matière d'élection générale (Communale et Municipale).

En réalité, le Conseil d'Etat à travers son irrévocable Arrêt coupe l'herbe au pied d'un certain Marc Ravalomanana qui voit ainsi son avenir politique, lui et son poulain, se rétrécir davantage sinon dans l'incertitude. Le plus perdant dans tout ce micmac du TIM téléguidé par son fondateur ne peut être autrement que son nouveau protégé. Totalement inconscient du danger qui le guette, Riana Randriamasinoro fonce les yeux bandés et la tête baissée. En effet, il ne se rend pas compte qu'il se précipite vers un ravin profond. Marc Ravalomanana, un vieux routier sadique et sans scrupule, pousse ce jeune trop novice et naïf dans le labyrinthe de la politique. A l'allure où vont les choses, Riana risque fort de déraper et se casser la figure sur ce « terrain inconnu et glissant ».

Maintenant que l'ultime obstacle s'efface, Naina Andriantsitohaina a les coudées franches pour mener à bien sa politique, le « Veliranon'Iarivo », et conduire à bon port la Ville des mille. Mais, les enjeux et les défis sont loin d'être sous contrôle. Le redressement de la Capitale requiert la maîtrise de tous les paramètres. Entre autres, une stratégie bien définie et structurante réalisable à court et à moyen terme. Ensuite, une capacité en ressources humaines et une faisabilité matérielle et technique de nature à mettre en œuvre dans les meilleurs délais le programme préalablement établi. Et enfin, la concrétisation ! En principe, tout est en place et consigné dans le « Veliranon'Iarivo ». Le plus dur reste à faire à savoir les traduire en actes.

En sa qualité de premier magistrat de la ville, Naina endosse la responsabilité principale dans toutes les démarches à effectuer. Sans trop pousser loin, il est le seul maître à bord. Certes, le Conseil municipal est là, l'équipe technique de même ! Mais en tant qu'élu au suffrage direct, le maire bénéficie de l'onction populaire qui, en fait, l'adoube officiellement et solennellement à son poste. Il reste à attendre la grande cérémonie de remise officielle de l'écharpe en tant que premier édile d'Antananarivo, la Capitale de Madagasikara.

De toute évidence, afin de pouvoir relever les défis et surmonter les obstacles, la collaboration franche et sincère entre le maire et le Conseil municipal, dans sa composante telle qu'elle est, revêt un caractère primordial. Il est navrant de constater qu'un(e) membre du Conseil traine en Justice le maire pour des raisons essentiellement d'incompatibilité. Un tel comportement ternit l'image de la CUA.

La voie est libre ! Naina Andriantsitohaina, conforté et confirmé à son poste, mérite les félicitations. Qu'il puisse agir tout au long de son mandat en toute liberté et de manière responsable.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff