Publié dans Editorial

Prenez garde !

Publié le dimanche, 06 décembre 2020

Attention, la « bête » rampe et arpente doucement mais sûrement la falaise ! « Mananika ny trambo ! ». Les problèmes classiques et récurrents de nature à « irriter » le peuple réapparaissent. Ils reviennent au galop et assombrissent l'atmosphère. Les tensions sociales, palpables et visibles à l'œil nu, montent insidieusement d'un cran. Et les activistes de l'Opposition se frottent les mains de cette « aubaine » ou de cette « manne » qui tombe du ciel. Les sénateurs HVM, le mandat finissant et malmenés par la circonstance qui jouent en leur défaveur, tentent de croire au miracle !

 

Le prix du riz grimpe. Attention ! Quand le prix du kilo de ce produit hautement stratégique franchit la barre de 2 000 ariary, il y a péril en la demeure. Le « Vahoaka » n'est plus d'humeur à tolérer un prix hors de portée de cet aliment de base. Les cinq à six mois de confinement avec son lot d'effets pervers suffisent à altérer la patience de la population.

En 1917, les Moscovites ne supportèrent plus le prix du pain ainsi que celui du charbon de chauffage, deux produits très stratégiques dans le quotidien du peuple, surtout en période d'hiver. Mais, le Tsar Nicolas II, dans son palais impérial, se souciait peu de la tourmente de ses sujets. Au contraire, il se livrait avec les courtisans et courtisanes qui l'encensèrent à de fastes banquets. Vladimir Lénine sautera facilement sur l'occasion en or. La suite des évènements à travers l'Histoire du pays montrera les impacts des erreurs cumulées d'un dirigeant peu soucieux de la vie de son peuple.

A Madagasikara, la négligence des tenants du pouvoir précédents face à la gestion des produits de première nécessité (PPN), notamment le riz, coûtait cher. Une inflation mal gérée touchant surtout ce produit hautement délicat qu'est le riz déclenche sans faute le mécontentement des consommateurs, de la très grande majorité des Malagasy s'entend. C'est un terrain miné auquel les membres de l'Opposition en mal de crédit populaire y trouvent aisément leur compte. Et il suffit d'un rien pour que tout s'explose.

En l'état actuel des choses où le prix au kilo et au « kapoaka » du riz frise l'inacceptable, l'Etat ne peut pas rester indifférent et laisser librement les acteurs de la distribution faire leur perfide jeu selon le principe sacro-saint de l'offre et de la demande. Le régime « orange » de Rajoelina, conscient de sa responsabilité, décide d'entrer en jeu pour remettre la pendule à l'heure.

Les coupures intempestives de l'eau et de l'électricité commencent sérieusement à agacer les usagers. Certes, ils ne représentent que 15 % de la population en général mais c'est une proportion d'hommes et de femmes la plus agissante. Ce sont les faiseurs et les tombeurs de régime. Ainsi, les coupures reviennent en puissance. Ce que les usagers, qui paient à prix fort la facture, attendent de la Société d'Etat se résument ainsi à « jiro mandeha, rano tsy tapaka ». A charge pour les techniciens de faire tourner la machine. Et basta !

Les tenants du pouvoir se doivent de prendre garde au plus haut point des effets dévastateurs de ces manquements.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés
  • Fanirisoa Ernaivo - Quand la haine se déchaîne
  • Crédibilité de l’Opposition - De mal en pis !
  • Recrudescence de la Covid-19 à Nosy-Be - Suspension des vols internationaux envisageable
  • Trafic des 73,5 kg d’or - La Justice sud-africaine déboute la société de Dubaï et les trois trafiquants malagasy
  • RMDM - Une plateforme adepte de la désinformation
  • Université de Toamasina - Son président aspire à devenir ministre
  • Transport par câble à Antananarivo - Les deux premières lignes opérationnelles en 2023
Pub droite 1

Editorial

  • Un recalibrage s’impose !
    Il faudrait, dans l’intérêt général de la Nation, recadrer les délimitations du sens du terme « démocratie » et le situer dans le contexte propre qui prévaut. Comme toute chose, la démocratie ne peut pas avoir une définition statique, invariable et irrévocable. Il faut bien l’intégrerou le cadrer dans le contexte spatio-temporel. Une telle approche ne confère pas à la démocratie un sens élastique que chacun pourrait tirer selon sa bonne volonté. Il existe une certaine constante dans le cadre duquel un authentique démocrate on ne doit pas passer outre.Larousse définit, entre autres, le mot « démocratie » en ces termes : « Régime politique dans lequel le peuple exerce sa souveraineté lui-même sans l’intermédiaire d’un organe représentatif (démocratie directe) ou par représentants interposés (démocratie représentative) ». A partir de ce cadrage de base, il appartient à chaque pays ou Etat de calibrer le concept de démocratie qui lui convient…

A bout portant

AutoDiff