Publié dans Editorial

Prenez garde !

Publié le dimanche, 06 décembre 2020

Attention, la « bête » rampe et arpente doucement mais sûrement la falaise ! « Mananika ny trambo ! ». Les problèmes classiques et récurrents de nature à « irriter » le peuple réapparaissent. Ils reviennent au galop et assombrissent l'atmosphère. Les tensions sociales, palpables et visibles à l'œil nu, montent insidieusement d'un cran. Et les activistes de l'Opposition se frottent les mains de cette « aubaine » ou de cette « manne » qui tombe du ciel. Les sénateurs HVM, le mandat finissant et malmenés par la circonstance qui jouent en leur défaveur, tentent de croire au miracle !

 

Le prix du riz grimpe. Attention ! Quand le prix du kilo de ce produit hautement stratégique franchit la barre de 2 000 ariary, il y a péril en la demeure. Le « Vahoaka » n'est plus d'humeur à tolérer un prix hors de portée de cet aliment de base. Les cinq à six mois de confinement avec son lot d'effets pervers suffisent à altérer la patience de la population.

En 1917, les Moscovites ne supportèrent plus le prix du pain ainsi que celui du charbon de chauffage, deux produits très stratégiques dans le quotidien du peuple, surtout en période d'hiver. Mais, le Tsar Nicolas II, dans son palais impérial, se souciait peu de la tourmente de ses sujets. Au contraire, il se livrait avec les courtisans et courtisanes qui l'encensèrent à de fastes banquets. Vladimir Lénine sautera facilement sur l'occasion en or. La suite des évènements à travers l'Histoire du pays montrera les impacts des erreurs cumulées d'un dirigeant peu soucieux de la vie de son peuple.

A Madagasikara, la négligence des tenants du pouvoir précédents face à la gestion des produits de première nécessité (PPN), notamment le riz, coûtait cher. Une inflation mal gérée touchant surtout ce produit hautement délicat qu'est le riz déclenche sans faute le mécontentement des consommateurs, de la très grande majorité des Malagasy s'entend. C'est un terrain miné auquel les membres de l'Opposition en mal de crédit populaire y trouvent aisément leur compte. Et il suffit d'un rien pour que tout s'explose.

En l'état actuel des choses où le prix au kilo et au « kapoaka » du riz frise l'inacceptable, l'Etat ne peut pas rester indifférent et laisser librement les acteurs de la distribution faire leur perfide jeu selon le principe sacro-saint de l'offre et de la demande. Le régime « orange » de Rajoelina, conscient de sa responsabilité, décide d'entrer en jeu pour remettre la pendule à l'heure.

Les coupures intempestives de l'eau et de l'électricité commencent sérieusement à agacer les usagers. Certes, ils ne représentent que 15 % de la population en général mais c'est une proportion d'hommes et de femmes la plus agissante. Ce sont les faiseurs et les tombeurs de régime. Ainsi, les coupures reviennent en puissance. Ce que les usagers, qui paient à prix fort la facture, attendent de la Société d'Etat se résument ainsi à « jiro mandeha, rano tsy tapaka ». A charge pour les techniciens de faire tourner la machine. Et basta !

Les tenants du pouvoir se doivent de prendre garde au plus haut point des effets dévastateurs de ces manquements.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff