Publié dans Editorial

De quelle vérité !

Publié le jeudi, 10 décembre 2020

De quelle « vérité » voudriez-vous cher « dada » insinuer ? En marge de la collecte de dons, au Magro Behoririka, au profit des concitoyens victimes du Kere, l’ancien président Marc Ravalomanana invectivait l’assistance, journalistes y compris, « Vous n’avez pas dit la vérité sur ce qui se passe vraiment dans le Sud ! » Il accusait publiquement les médias de mentir ou de ne pas avoir le courage à étaler sur la place publique les vraies réalités sur les impacts du Kere dans le Sud. Les flèches venimeuses de Ravalo tirent également en direction des dirigeants au pouvoir. Pour leur part, il les accuse de mentir auprès de l’opinion sur les authentiques situations dans le Sud. Le Gouvernement, selon cet ancien homme fort du pays, sous-évalue les problèmes sur terrain. A l’entendre, il est l’homme de référence en termes de « vérité ». S’il vous plait mesdames et messieurs, de qui se moque-t-on !

 

En 2002, de retour au pays dare-dare, à l’issue de la négociation de « Dakar II » sous l’égide de l’Union africaine, Marc Ravalomanana déclarait en substance, urbi et orbi, à Ivato que « tout a été réglé » (milamina ny zavatra rehetra). Sans tarder, il organisa la cérémonie de son investiture, le 22 février, à Mahamasina précédée d’un simulacre proclamation des résultats du scrutin par la Cour Suprême, à Anosy, donnant la victoire nette au candidat Ravalomanana au premier tour. Finalement, tout le monde a été berné. Ravalo avait royalement menti au Vahoaka. Il n’a pas dit la vérité. En réalité, il a été convenu à Dakar entre lui et son adversaire au premier tour, Didier Ratsiraka, qu’un deuxième tour sera organisé dans les plus brefs délais à Madagasikara.  Un certain Abdoulaye Wade, Chef de l’Etat sénégalais, portait garant du pourparler à l’époque.

En 2009, au moment fort des contestations populaires, le Président Ravalomanana passait aux aveux à la Télévision nationale. Il reconnut publiquement d’avoir commis des erreurs. Et il se repentit et promit de changer diamétralement. Au final, ce fut un bluff ! D’ailleurs, personne ne croyait pas un mot de ce qu’il disait. L’avenir nous le dira que Ramose n’a pas dit la vérité.

En octobre 2014, de retour en catimini au pays après cinq ans d’exil en Afrique du Sud, Marc Ravalomanana n’a pas dit la vérité au public sur les circonstances exactes de son entrée dans le territoire. Tout simplement, il divaguait ! Les dirigeants au pouvoir, à l’époque des faits, l’interpellait manu militari à son domicile à Faravohitra et le mettait en résidence surveillée à Antsiranana. Les exemples des mensonges notoires de Ravalo sont légion.

Ainsi, de quelle vérité veut-on crier sur le toit ? Dans le grand Sud, il n’y a rien à cacher. Le régime de Rajoelina n’a aucun intérêt à dissimuler la vérité. Les insuffisances chroniques d’eau provoquent la sécheresse. Le Kere est un fléau que tout le monde le sait depuis belle lurette. La population manque de tout. Les enfants souffrent d’insuffisance alimentaire, de la malnutrition. Les animaux d’élevage, le bœuf, en pâtissent. De même, les cultures vivrières se font rares. Il y a des morts ! Les autorités font des mains et des pieds afin d’apporter d’urgence les voies et les moyens pour y remédier.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff