Publié dans Editorial

Un exemple vivant de démocratie

Publié le dimanche, 13 décembre 2020

L’élection des 12 sénateurs du 11 décembre, devant composer la Chambre haute dans sa nouvelle configuration, s’est déroulée dans le calme. Les grands électeurs, à l’exception de quelques maires et conseillers élus sous les couleurs de l’opposition, le TIM, qui restèrent fidèles aux consignes du parti sous peine des représailles, ont tenu à s’acquitter de leur devoir.
Contrairement à la perception par le KMF/CNOE de la chose politique à Madagasikara qui constate, semble-t-il, la régression de la démocratie dans le pays, la Grande île avance. Il s’agit d’un point de vue sujet à débat. D’autres analystes font plutôt état d’une démocratie bien vivante ou même exemplaire en Afrique.
C’est très discutable encore plus hasardeux d’avancer que la campagne électorale pour les sénatoriales qui prenait fin le mercredi 9 décembre s’était passée à sens unique. L’Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina (IRMAR), la plate-forme présidentielle, en phase de rafler la mise, n’a jamais fait cavalier seul. En effet, c’est faux de croire ou faire croire que l’IRMAR occupait seul le terrain, et ce, durant la campagne et surtout le jour du scrutin. D’autres formations politiques s’engagèrent activement à la « compétition ». Certes, la domination sur terrain, dès le départ, de l’IRMAR ne fait pas l’ombre de doute mais ses protégés n’ont pas joué seuls, sans adversaires. Ce n’est pas parce que les principaux partis d’opposition, en l’occurrence le TIM et le HVM ou le MTS, boycottaient les sénatoriales que l’IRMAR avait eu le champ libre. Loin s’en faut ! Le cas du MTS nous interpelle tant soit peu. Le parti de Rolland Ratsiraka ne s’intéresse généralement qu’aux présidentielles, à la rigueur aux députations et cela dans le Grand Port uniquement. Et le parti ne présente qu’un seul candidat : Rolland Ratsiraka. Tout comme si le registre du parti n’a qu’un seul membre inscrit qui est à la fois président du parti et dont le champ d’action se limite dans la ville de Toamasina uniquement. 
D’autres, plus déterminés, descendirent dans l’arène et affrontèrent, sans peur ni reproches, les poulains de l’IRMAR. N’est-il pas ainsi le signe sinon un exemple vivant d’une démocratie portante à Madagasikara ?
A Toliara, le VMM a réussi à grignoter des voix. Selon les résultats provisoires, il obtiendrait les 25 % du suffrage exprimé dans toute la Province. En particulier à Toliara II, le VMM aurait battu l’IRD par 103 voix contre 72 sur les 177 votants.
A Antananarivo et à Toamasina, le MMM de Hajo Andrianainarivelo marquait des points. Ce parti, partie prenante de la plate-forme soutenant le candidat numéro 13, Andry Rajoelina, à l’élection présidentielle de 2018, alignait ses propres candidats pour le Palais de verre d’Anosikely.  L’état-major politique proche du Chef de l’Etat ne comptait guère faire ombrage à la démarche politique de Hajo. On est dans un Etat de droit, dans une République où la démocratie n’est pas un vain mot et donc, il faut accepter le « fair-play » et jouons le jeu ensemble sans problèmes ni complexes. En tout cas, la raison d’être d’un parti c’est le pouvoir. Et un parti qui n’ose pas affronter les défis et les enjeux des élections, la seule et unique voie pour accéder au pouvoir, ne mérite pas d’exister. Il doit s’éclipser de fait.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !
  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • De Marc à Marco …
    Il n’y a qu’un pas à faire ! Plus précisément, un brin de cheveu à repérer ! Entre Marc Ravalomanana (MR) et Marc Randrianisa (MR), le même sigle, la ressemblance frappe trop du moins par un prénom drôlement identique « Marc » et dans le mode pensée ainsi que la manière d’agir bizarrement le même. Si le premier ne jure que par la chute du régime « Orange » autrement dit la mort politique de Rajoelina Andry, le second s’entiche à attenter à la vie (physiquement) de Rajoelina et à sa petite famille. Si le premier Marc, au nom d’une vengeance viscérale, se caressait discrètement l’idée de voir se réaliser son macabre projet et agissait ouvertement pour le concrétiser et cela depuis 2007-2009 tandis que le second Marc depuis 2009 couve l’idée diabolique d’abattre Rajoelina, lui et ses proches. Enfin, si le premier s’était « enfui » au pays de…

A bout portant

AutoDiff