Publié dans Editorial

Campus U, foyers d’embrasement

Publié le jeudi, 18 mars 2021

Voudrait-on mettre le pays à feu et à sang ? Un « draft » de conspiration allant dans ce sens semble se dessiner à l’horizon. Des acteurs politiques mal barrés saisissent certaine opportunité pour jeter de l’huile sur le feu. On se précipite de se servir des campus universitaires, un foyer de tension permanent, pour mettre à exécution le plan machiavélique. En fait, ils font le raccourci et débarquent sur un « terrain facile » (« tany malemy anorenam-pangady »), le milieu estudiantin qui, comme on le sait est en perpétuelle ébullition.
Les problèmes liés au secteur éducatif notamment en milieu universitaire donnent depuis toujours du fil à retordre à tous les dirigeants des régimes successifs dans le pays. En réalité, c’est un problème commun à tous les Etats des pays en développement du tiers-monde.  Pour le cas de Madagasikara, il s’agit de façon spécifique de l’héritage de la Deuxième République. En gros, le fond du problème repose essentiellement sur deux niveaux.
D’abord, la gestion bâclée du domaine de l’Education. La démagogie socialiste du régime de l’Amiral rouge voulait que tous les enfants du peuple (zana-bahoaka) aillent à l’école. Jusque-là, c’est normal ! Mais dans quelle condition ? Des établissements scolaires dérisoires. Des enseignants ne disposant même pas, pour la plupart, le niveau requis et non motivés. Ainsi, le niveau général des élèves se dégrade. Mais le régime socialiste voulait, démagogie oblige, que tout le monde ait son diplôme en particulier le BAC et entre à l’université et jouit systématiquement d’une bourse d’études. Et la situation se dégrade à vue d’œil. Le nombre d’étudiants inscrits se multipliait par trois ou par quatre en quelques années et ils sont tous boursiers. Et tout le problème est là !
Le deuxième volet est naturellement d’ordre financier. Etant vu la situation économique du pays qui se détériore à grande vitesse, la finance publique ne parviendra pas à suivre le rythme. Et donc, les paiements des bourses subissent toujours des retards. D’où l’ambiance électrique aux campus et ce dans tout Madagasikara. Un volcan qui couve et prêt à entrer en ébullition à tout moment.
Il est difficile pour un pays pauvre de subvenir, en totalité, aux besoins sans cesse croissants de la jeunesse estudiantine. La démographie des pays d’Afrique, par exemple, est dominée par une population jeune de moins de vingt-cinq ans. Ceci étant, les tenants des régimes affrontent sans cesse les soubresauts des étudiants toujours insatisfaits de leurs conditions. Le cas des bourses impayées revient à tous les coups et crée des troubles à n’en plus finir. Une bombe à retardement que les régimes en place ne parviennent pas à désamorcer à temps.
A Madagasikara, les crises cycliques à partir de 1972 ayant pour origine dans le cadre estudiantin dégénéraient et prenaient en otage le pays entier. C’est un terrain miné et trop facile à exploser sinon à incendier. Des activistes politiques, parfois des parlementaires, peu crédibles et peu recommandables agissant au nom des intérêts occultes manipulent les jeunes étudiants. Ils sont en surchauffe perpétuellement et se donnent inconsciemment à des actes de déstabilisation en fomentant des troubles aux Campus U.
Des observateurs se demandent aussi pourquoi les paiements des bourses et autres prennent toujours du retard. Y aurait-il une intention voulue ?
Ndrianaivo

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff