Publié dans Editorial

Tuerie aux oubliettes !

Publié le lundi, 09 août 2021

Le carnage de 10 août d’Iavoloha sous la trappe ou pire dans la bassefosse. Avons-nous tous la mémoire courte collective ! Sinon, le pays serait malade d’une amnésie générale ! Autrement, la volonté collective de ranger aux oubliettes cette tragédie d’Iavoloha.
Il y a trente ans de cela, jour pour jour, le 10 août 1991, les éléments de la garde présidentielle du Palais d’Iavoloha mitraillèrent à balles réelles et sans sommation du haut des hélicos les manifestants venus nombreux à Mandrimena. Et ces derniers avaient été dispersés sans ménagement. Les morts se comptèrent par dizaines. Certains affirmaient par centaines sans compter les victimes portées disparues. Ce fut un véritable « carnage » !
Imbu d’un sentiment profond de légitimité, on s’interroge « Madagasikara serait-il un pays où l’on tue, où l’on abat des vies humaines sans que justice soit faite ou du moins des éclairages sur les tenants et aboutissants du carnage ? ». Devrait-on le rappeler qu’il s’agit des morts d’hommes !
Les Arméniens gardent toujours en mémoire vive et collective le génocide dont des milliers de leurs concitoyens ont subi durant l’occupation turque en 1915-1923. Trente mille Arméniens ont péri suite aux attaques barbares de l’armée ottomane. Chaque arménien se remémore la tragédie en réclamant toujours que justice soit faite.
En 1971, dans le Sud du pays, des centaines de partisans au combat que menait le leader charismatique Monja Jaona mourraient. Jusqu’à ce jour, personne n’est en mesure de clarifier le drame. Même topo sur la tuerie sur la place du 13 Mai 72 ! En 1975, le 11 février, le Chef de l’Etat le Colonel Ratsimandrava a été abattu à Ambohijatovo-Ambony. Quarante-six ans après, aucun d’entre nous n’est en mesure de savoir l’identité exacte du ou des commanditaires de cet acte odieux. Certes, il y avait eu le « Procès de l’affaire Ratsimandrava ». De la mascarade, selon certains observateurs qui se désolent de la volonté des responsables successifs à laisser sans suite des crimes barbares de ce genre. Ce sont des menus fretins qui comparurent devant le juge. Le 10 août 1991, des victimes tombèrent sous les balles des éléments de la garde présidentielle. Où en sommes-nous ce 10 août 2021 ? Soit, trente ans après ! Et que dire de la tuerie d’Antaninarenina du 7 février 2009 ! Les proches attendent toujours du sort à réserver de la disparition brutale de leurs chers.
Le pays en connait trop des morts d’hommes non élucidés ! Le silence criant autour de ces tueries gêne l’opinion. Il suffit de se mettre à la place des familles directes ou des amis. On a perdu des maris ou des fils, des frères ou des sœurs, des amis intimes ou autres dont la plupart d’entre eux figurent dans la liste des portés disparus. Il faut un minimum d’un sens humain pour respecter la douleur des uns et des autres et rendre hommage à ceux ou à celles qui ont payé de leurs vies des vicissitudes des hommes. Il a fallu qu’on verse du sang pour qu’on daigne prendre conscience de la lutte.
Pour le cas du 10 août 1991, le locataire d’Iavoloha de l’époque n’a jamais voulu abandonner le douillet palais qu’au prix du sang versé par ces martyrs.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Affaire Ketakandriana Rafitoson/GEL - Immixtion étrangère au parfum de litchi 
  • Série d’inaugurations - Le Président de la République gâte Manakara
  • Anisha - Séjour compromis en France 
  • Antoko Hiaraka Isika - Les citoyens sensibilisés à s’inscrire sur la liste électorale à Manjakandriana 
  • Les actus en bref
  • Partenariat public-privé - Pharmalagasy intéresse les Egyptiens
  • Dénonciation calomnieuse et dénigrement - Plainte contre la responsable de Transparency Madagascar
  • Pêche et aquaculture artisanales - Importance reconnue
  • JIRAMA - Les ingérences du ministère dénoncées par l’intersyndicale
  • Lancement de la campagne de litchi - Première soirée sur les chapeaux de roues

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Brillante étoile !
    Anisha a remporté la manche. Ce samedi 26 novembre lors de la finale de la Xème saison de la « Star Academy 22 », la Malagasy Anisha a dominé et survolé la partie. D’une voix exceptionnelle, d’une prouesse extraordinaire, elle a envoûté le public. Artistes de renom d’ici ou d’ailleurs reconnaissent d’une seule voix qu’Anisha dispose en elle un immense talent. L’ensemble de la diaspora malagasy établie en France se donne le cœur et la main pour la soutenir jusqu’à la fin. Louis, Enola et Léa, les autres finalistes ce samedi soir, n’ont pu rien faire.

A bout portant

AutoDiff