Publié dans Editorial

Aux actes !

Publié le lundi, 16 août 2021

Au travail ! Le coup d’envoi est donné. Il n’est plus question de tergiverser. Le temps d’hésitation et de tourner en rond est révolu.  Au risque de fâcher certains esprits, nous tenons à rabâcher certaines redites qui conditionnent la réussite du nouveau Gouvernement. Les enjeux et les défis sont tellement compliqués qu’on ne peut pas rester sans réagir.

 

Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry, lors de son discours d’usage au Palais d’Etat d’Iavoloha dans la soirée du dimanche 15 août, a été clair et net qu’il s’agit d’un « Gouvernement de travail ». Tout comme s’il voulait juste rappeler à l’assistance les légendaires Mémoires de l’Académie royale de Metz en page 346 (tome 11) « Travaillez, prenez de la peine … ! » Sinon, remettre au goût du jour les mots d’ordre simples, pratiques et efficaces « Acta non verba ! » de la Première République.

L’inflation se trouvant au premier rang des priorités auxquelles la nouvelle équipe du ministre Razafindravahy doit se pencher illico. Une solution immédiate pour contenir les prix des PPN dont le riz et l’huile alimentaire s’avère d’une urgence impérieuse. A noter que ces deux produits stratégiques, riz et huile entre autres, font partie des composants de base des aliments quotidiens du petit peuple en ville comme dans le monde rural. On ne badine pas avec ! Razafindravahy, un ancien opérateur évoluant dans le secteur des produits agricoles saura, espérons-le, de quoi s’agit-il.  Il est, dit-on, bien placé !

Dans le même ordre d’idée, on ne doit pas perdre de vue le calvaire subi par les parents en ce moment de la rentrée scolaire. Les fournitures, ces PNN bis, exigent de la part des responsables étatiques un regard bienveillant sinon sévère. Les prix sont totalement hors de portée ! En plus, les frais de réinscription et d’études dans les établissements privés se trouvent au-dessus des modestes moyens des parents. Les écoles publiques ne peuvent recevoir tous les enfants du pays.

Les caprices déconcertants et troublants de la JIRAMA ne peuvent plus continuer ainsi. Dans les quartiers de Tanà entre autres Behoririka-Soarano, il n’y a pas un jour sans que l’eau et l’électricité ne soit coupées dans la journée. Des coupures exagérées que la JIRAMA doit faire le nécessaire sans délai pour y remédier ! Prenez garde des cris de détresse des usagers. Il ne faut pas non plus perdre de vue le cas du prix des carburants à la pompe.

L’insécurité dans tout Madagasikara laisse encore à désirer. On vit dans l’angoisse !  Les rapts, un macabre nouveau mode opératoire, se multiplient dangereusement. On enregistre des meurtres barbares tous les jours.

Le tourisme, le secteur porteur et générateur de devises et d’emplois, s’enfonce dans le pire. Le ministre reconduit, l’un des six indéboulonnables du Gouvernement Ntsay, est un connaisseur, il doit nécessairement redéployer le secteur en remobilisant le tourisme national en attendant que les frontières s’ouvrent de nouveau.

Sur le plan international, le temps est venu pour qu’on redynamise la diplomatie malagasy. Nos ambassades doivent servir de tremplin pour booster l’économie nationale tandis que le sort des Iles Eparses repose sur les épaules du nouveau patron des Affaires étrangères qui n’est pas un novice dans les arcanes des relations internationales.

Aux actes ! La récréation est finie !  

Ndrianaivo

Fil infos

  • Forces armées - Pluie d’étoiles chez les officiers
  • Toamasina - Le corps d'un étranger retrouvé dans l'océan
  • Actu-brèves
  • Epidémie de choléra - Un paquebot en escale à Nosy Be suspecté
  • Peine pour les violeurs de mineures - La HCC approuve la castration chirurgicale
  • Programme de formation GRASP - Treize Malagasy parmi les 50 africaines sélectionnées
  • Viols sur mineurs - Des chiffres effrayants officialisés
  • JIRAMA - Ambatondrazaka exige du sérieux
  • Actu-brèves
  • Affaire Romy Andrianarisoa - Fanirisoa Ernaivo et consorts dépités

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Coupable
    Romy Voos Andrianarisoa est reconnue coupable. Le jury du tribunal de South-wark Crown Court de Londres a retenu la charge contre elle et son associé Philippe Tabuteau. Le verdict aura lieu le 18 mars prochain. Selon la loi britannique, elle encourra une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans.Romy Voos Andrianarisoa et Philippe Tabuteau ont été interpelés à Londres pour une affaire de corruption. Pratiquement d’une tentative d’extorsion d’argent d’un montant de 310.000 dollars auprès de Gemfields, une société britannique spécialisée dans l’extraction de rubis et d’émeraude. En plus, ils cherchaient à obtenir une participation de 5% dans la filiale exploitant des mines à Madagasikara. Le tout, assorti de licences minières. La sulfureuse affaire éclaboussant l’ancienne directrice auprès de la Présidence, au point de la faire chuter, ayant fait couler beaucoup d’encre et déclencher vainement des spéculations hâtives et hasardeuses, conduit les observateurs à se poser des questions. Des questionnements…

A bout portant

AutoDiff