Publié dans Editorial

Le bon exemple !

Publié le lundi, 23 août 2021

L’exemple vient d’en haut !  Pour être logique en soi-même ou dans le dessein de manifester l’honnêteté intellectuelle envers lui-même, le Chef de l’Etat met en pratique ce qu’il avait annoncé à Iavoloha dans la soirée du dimanche 15 août, jour de l’Assomption, lors de l’installation du nouveau Gouvernement. Apparemment, le choix de la date ne fut pas fortuit. L’Assomption, une fête chrétienne catholique signifie en substance « l’élévation de l’esprit ». A Iavoloha, l’ambiance de la cérémonie se voulait être de la transcendance sinon le survol de tous les débats et des appréhensions !
Avant de passer au rituel de la nomination des nouveaux membres du Gouvernement Ntsay Christian, le troisième du genre à compter du janvier 2019, le Chef de l’Etat a bien voulu jeter les bases du cadre de travail. En réalité, Rajoelina recadre le pourtour de la manière avec laquelle tous les ministres sont tenus de se conduire. Entre autres, il enjoint les anciens et nouveaux nommés à descendre sur terrain. La mission confiée à chaque membre du Gouvernement, consistant à redresser dans les meilleurs délais le pays, ne peut pas être effective que dans la mesure où il ou elle se déplace sur terrains pour s’enquérir des réalités sur place. On ne doit pas rester confiné au bureau. Les travaux sur table ne reflètent pas forcément les vécus de la population. On risque de planer dans les nuages ! Le Président l’a bien dit net et clair que « vous n’êtes pas nommés ministres pour … s’engraisser au bureau ! » Décidément, le locataire d’iavoloha veut en découdre avec l’immobilisme et la nonchalance flagrante du désormais ancienne équipe. Cette image d’un Gouvernement lourdaud, cabine avancée et la nuque potelée, qui peine à se déplacer ni à courber l’échine ne rime plus avec les exigences du moment. C’est du passé !
Et le Chef de l’Etat, en sa qualité de leader donne l’exemple à suivre qui d’ailleurs vient d’en haut, dit-on. La semaine qui vient après la cérémonie d’Iavoloha du dimanche 15 août, le Président Rajoelina était allé voir sur place l’avancement des travaux relatifs à la réalisation du projet présidentiel « Miami » à Toamasina. Il ne se contente point des rapports ou des comptes rendus qu’on lui présente à son bureau. La tournée dans l’Est l’amène à constater de visu la finition de la nouvelle aire de repos pour les transporteurs et les usagers de la RN 2 à Sahamamy. En effet, il descend et discute sur place. On n’est jamais mieux servi que par soi-même ! Il évite de se faire servir uniquement dans son Palais. Il faut aller voir soi-même les réalités du pays.
A souligner que « descendre sur terrain » ne se limite pas uniquement sur le sol malagasy, il pourrait aussi s’agir d’un déplacement sous d’autres cieux afin de pouvoir discuter directement avec de vrais interlocuteurs sur le concept des intérêts mutuels là où ils se trouvent.
 La complexité des problèmes auxquels la population endure,  entre autres l’inflation,  s’explique par  le fait que les hauts responsables directs ne daignaient même pas descendre sur terrain et étudier sur place les voies et issues capables de contourner le problème comme c’est le cas actuellement avec le nouveau titulaire et bien d’autres.
Ndrianaivo
       

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff