Publié dans Editorial

Une coquille vide

Publié le jeudi, 26 août 2021

Que reste-t-il du TIM, en particulier, et du RMDM en général, après le départ fracassant des figures de proue de l’opposition Me Hanitra Razafimanantsoa et de Fidèle Razara Piera, tous deux députés de Madagasikara et animateurs de l’émission radiophonique fétiche « Miara- manonja ».

 

La défaite à plate couture lors de l’élection présidentielle en décembre 2018 fut un coup fatal pour Ravalo et son parti. Le parti TIM, depuis la débâcle de 2009 alors que son fondateur s’exilait en Afrique du Sud, commençait déjà à s’effriter. L’ancien Président ne pouvait pas stopper l’hémorragie. Des cadres influents du parti quittèrent le navire. Pour la plupart d’entre eux, ce sont des techniciens de haut vol, les « Tiko boys », qui n’arrivent plus à cacher leur tentation pour scruter une vie meilleure quelque part. D’autant plus que, avoir quelqu’un de tempérament imprévisible comme celui de Ravalomanana en tant que chef ou dirigeant n’enchante guère.

Le départ subit et fracassant de la députée TIM Hanitra Razafimanantsoa et avocat de son état suivi d’un autre député TIM Fidèle Razara Piera, journaliste-chroniqueur de son état, illustre en grandeur nature la problématique de la cohabitation avec Ravalomanana Marc. Hanitra fut l’un des rares compagnons de lutte qui a pu ou su rester fidèle aux côtés de Ramose mais finalement elle a craqué. Fidèle qui croyait que Ravalo reflétait bien l’image d’un allié sûr pour affronter zandry kely, lui aussi s’est rendu à l’évidence que la meilleure option serait de s’écarter. Tous les deux, même s’ils ne sont pas encore au point de quitter définitivement le parti, se mettent à l’écart tout court. Leur mandat de députés portant le dossard TIM ne leur permet pas de prendre ouvertement des ailes. Ils risquent la radiation. En vertu de l’art.72 de la Constitution, l’état-major du parti peut engager la procédure de déchéance à leur encontre. En tout cas, réduit à la dimension d’un « secte » où il ne reste que des éléments radicalisés, le parti TIM a été l’ombre de lui-même ! Et cela, en dépit des efforts de « redynamisation » orchestrés par le peu des dirigeants et des membres restants.

Sur le plan général, l’Opposition elle-même manque de base. Le RMDM, cette plate-forme enrôlant de minuscules partis revendiquant le statut d’opposants, n’a rien de consistant en termes de membres à l’échelle nationale. D’ailleurs, au moment où Ravalo a pris la direction, des formations qui ne sont pas des moindres ont quitté le RMDM. Le phénomène se fait remarquer sous d’autres cieux. Le « RMDM diaspora », en France et ailleurs, sous la houlette d’une certaine Ernaivo Fanirisoa, ne compte sur son registre que quelques têtes. Ici comme ailleurs, ce n’est que du bruit ! Au fond, il ne s’agit que de la coquille vide !

Tout n’est pas question seulement de nombre, il y a aussi le contenu. L’ancien parti d’Etat TIM manque de consistance intellectuelle sinon … idéologique. Il n’existe aucune ligne directrice ou un programme de société crédible. Il ne suffit pas de ressasser « Minoa fotsiny ihany » ou « Fahamarinana fahamasinana » ou « Sahia manao dingana », etc. L’absence d’un plan de développement sérieux plombe les ailes du parti. Un vide désolant !

De la coquille vide, le parti de Ravalomanana n’ira pas loin !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Forces armées - Pluie d’étoiles chez les officiers
  • Toamasina - Le corps d'un étranger retrouvé dans l'océan
  • Actu-brèves
  • Epidémie de choléra - Un paquebot en escale à Nosy Be suspecté
  • Peine pour les violeurs de mineures - La HCC approuve la castration chirurgicale
  • Programme de formation GRASP - Treize Malagasy parmi les 50 africaines sélectionnées
  • Viols sur mineurs - Des chiffres effrayants officialisés
  • JIRAMA - Ambatondrazaka exige du sérieux
  • Actu-brèves
  • Affaire Romy Andrianarisoa - Fanirisoa Ernaivo et consorts dépités

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Coupable
    Romy Voos Andrianarisoa est reconnue coupable. Le jury du tribunal de South-wark Crown Court de Londres a retenu la charge contre elle et son associé Philippe Tabuteau. Le verdict aura lieu le 18 mars prochain. Selon la loi britannique, elle encourra une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans.Romy Voos Andrianarisoa et Philippe Tabuteau ont été interpelés à Londres pour une affaire de corruption. Pratiquement d’une tentative d’extorsion d’argent d’un montant de 310.000 dollars auprès de Gemfields, une société britannique spécialisée dans l’extraction de rubis et d’émeraude. En plus, ils cherchaient à obtenir une participation de 5% dans la filiale exploitant des mines à Madagasikara. Le tout, assorti de licences minières. La sulfureuse affaire éclaboussant l’ancienne directrice auprès de la Présidence, au point de la faire chuter, ayant fait couler beaucoup d’encre et déclencher vainement des spéculations hâtives et hasardeuses, conduit les observateurs à se poser des questions. Des questionnements…

A bout portant

AutoDiff