Publié dans Editorial

L’inévitable rappel !

Publié le jeudi, 21 octobre 2021

La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.  

 

Coup de tonnerre à Ivato dans la journée du mardi. Un joli « paquet » contenant un précieux objet d’une valeur estimée à 500 000 USD a été saisi à l’aéroport international d’Ivato. Le passager indélicat, un Sri- Lankais, voulait le dissimuler dans son bagage à main mais la vigilance des agents de la douane l’a démasqué. L’alerte générale fut déclenchée. Une équipe spéciale composée de la Présidence, du Secrétariat d’Etat à la Gendarmerie et de la Douane, dépêchée sur place, constatait le méfait.

Les cas de saisie d’objets de valeur à l’aéroport d’Ivato se multipliaient ces derniers temps. Plusieurs fois, dans le passé, nous avions eu des occasions d’alerter les autorités compétentes et de tirer la sonnette d’alarme sur des tentatives trop fréquentes  de faire passer entre les mailles de la douane des quantités notables d’or ou de pierres précieuses sinon des espèces endémiques protégées.

Idem auprès des Forces de sécurité quant à la surveillance du territoire, relative aux porosités de nos frontières. On a l’impression qu’on entre et qu’on sort du pays autant que l’on veut. La fuite « facile » du territoire en février 2020 de l’ancien DG de la CNAPS reste toujours coincée en travers de la gorge. Un an après, début janvier 2021, 73,5 kg d’or en provenance de Madagasikara ont été saisis par la douane sud-africaine. Le citoyen lambda attend de pied ferme l’aboutissement de l’affaire !  On parle récemment des 22 kg d’or qui auraient pu sortir indument d’un port malagasy et interceptés aux Seychelles. Le conditionnel est de rigueur ! Et la liste risque d’être longue.

De toute manière, le laxisme et la gabegie qui frisent l’anarchie règnent en puissance dans le pays. En dépit des rappels à l’ordre du locataire d’Iavoloha et de celui de Mahazoarivo, le phénomène résiste. La jonction quelque part de la corruption avec le laisser-aller rend la situation ingérable. Justement, quand la corruption entre en jeu, la lutte se complique dans la mesure où l’impunité fait usage de son art. L’art d’étouffer les affaires ou les dossiers sensibles !

Les tenants du pouvoir, au sommet de l’Etat, doivent utiliser les moyens forts. Il faut sortir l’artillerie lourde si l’on veut vraiment écraser l’ennemi. L’implication directe de la Présidence s’impose ! Il faut que le numéro Un du pays tape sur la table et cela sans distinction du niveau de responsabilité (ministre, Sg, Dg, …). D’ailleurs, il est, en sa qualité de Chef de l’Etat, le seul à pouvoir le faire. Un simple calcul des dégâts causés par ce laxisme aux portes du pays nous fait savoir qu’ils se chiffrent à des milliards d’Ar. Des manques à gagner qui pénalisent en trop la caisse de l’Etat. Comme toute hémorragie, la perte de sang de trop affaiblit mortellement le corps de tout être vivant.

Le rappel à l’ordre que la Présidence adresse au ministre des Transports servira de message fort à tout le monde.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff