Publié dans Editorial

Cas désespéré !

Publié le vendredi, 22 octobre 2021

Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !
Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques.
Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment, cette mère de famille d’une cinquantaine d’années, retrouvée morte entièrement calcinée, dans les parages de l’Université d’Antananarivo, brise le cœur. Assassinée puis jetée dans un buisson qu’on a incendié après, près d’une route, elle subit les foudres aveugles des voyous. Une scène horrible que les esprits sensibles ne supporteront pas mais réduite au rang des faits divers de la vie quotidienne des malagasy.
Le feu sème le désarroi dans le pays. Des trente dernières années, des apprentis sorciers de la pyromanie à la solde des ennemis de la Nation exécutent, sans voir, des actes odieux et ignobles. Sans peur ni reproche, ils incendient des lieux sacrés ou des domaines royaux sur lesquels sont bâtis des palais des anciens souverains du pays. Ils brûlent sans état d’âme des édifices historiques, témoins de l’Histoire aux valeurs culturelles. A travers leurs actes bassement criminels, les sbires des détracteurs du pays veulent réduire en cendres l’identité culturelle de la Nation. L’acte est très grave, sévèrement condamnable ! Les auteurs reconnus coupables doivent être punis de la manière la plus extrême. Le concept de « tolérance zéro » prôné sur le toit doit être appliqué sans scrupule ni discrimination. Le temps des avertissements est révolu ! C’est beau d’entendre la ministre de l’Environnement lancer un « dernier avertissement », en réalité, l’appel ne rime à rien ! Il faut sévir et de un. Et se donner les moyens utiles pour pouvoir lutter efficacement contre le feu et de deux. Et ne plus tergiverser et de trois !
Mais, soyons clairs ! Il fallait déterminer la part claire des responsabilités. Qui sont les vrais commanditaires de ces abominables actes ? A qui profite le crime ?
En fait, le crime du feu ne profite qu’aux traîtres qui ne misent qu’à la ruine du pays. Ils usent de tous les moyens pour parvenir à leurs fins. L’objectif à moins terme revient à créer des ennuis en permanence aux dirigeants en place jusqu’au point où ils seraient débordés et déstabilisés. Et le régime Orange irait à la dérive. Ainsi le but final n’est autre que la chute prématurée des tenants du pouvoir. Un cas désespéré pour ces égarés. Un schéma diabolique qui, certainement, n’a aucune chance d’aboutir. Toutefois, le locataire d’Iavoloha et son équipe au pouvoir ne doivent point se laisser aller à l’imprudence.
Mais qui sont-ils ?

Ndrianaivo


Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff