Publié dans Editorial

Seriez-vous là ?

Publié le jeudi, 11 novembre 2021

La France a honoré, hier le 11 novembre, le souvenir des héros de la Première Guerre 14-18. Partie prenante d’un conflit qui ne devrait durer que quelques jours sinon quelques mois, la France s’engage corps et âme.
La triple entente (Angleterre, Russie et France), d’un côté et l’axe Rome-Berlin, de l’autre, s’affrontent dans un conflit militaire sans frontières, à l’époque, faisant au total 18,6 millions de victimes dont 8 millions de civils. La guerre embrase toute l’Europe jusque dans les pays n’ayant aucun lien au motif du conflit à savoir les pays colonisés. Ce qui, d’ailleurs, justifie le qualificatif de « Guerre mondiale ».
Les métropoles européennes, puissances coloniales, se sentant débordées par l’évolution surprise de la guerre, paniquent. Elles n’hésitent pas à faire appel au service des indigènes. L’enrôlement des jeunes ou des personnes valides dans les colonies s’organisent et ce, évidemment, pour renforcer en nombre les troupes sur les fronts. Les Malagasy n’y échappent pas. Les contributions des soldats noirs, à travers les célèbres bataillons, ont pesé beaucoup sur l’aboutissement de la guerre entrainant la déroute des ennemis.
La date du 11 novembre 1918 est à marquer d’une pierre blanche du fait que ce fut le point de départ d’une paix qui sera entièrement effective le 28 juin 1919 par l’ « Accord de Versailles » mettant un point final à ce grand conflit dit de « Première Guerre mondiale ».
En effet, ce jour du 11 novembre a été signé l’armistice entre les belligérants, la triple entente d’une part et les Allemands de l’autre. Une date très importante pour des pays comme la France qui a failli perdre sa souveraineté en tant que Nation. Une date importante aussi dans la mesure où les pays colonisés ont contribué à « sauver » la mère-patrie. A noter que des milliers d’Africains (francophones) se portèrent volontaires pour épauler la France à se débarrasser de ses ennemis.
La décision d’aligner la date du 11 novembre au rang des « jours fériés » s’inscrit dans l’ordre normal et légitime des choses. Et les autorités ne manquent pas de rappeler, en ce jour du 11 novembre, aux générations présentes le rôle crucial des héros de la guerre.
Le Président Macron ne voulait point déroger à la règle. Dans la journée d’hier, 11 novembre, le locataire de l’Elysée de rappeler solennellement dans son discours « Serions-nous là sans le concours courageux d’untel ou d’une telle   ? » La question se cadre légitimement avec la détermination des combattants à en finir avec les ennemis. On peut citer entre autres de ces héros d’un certain Albert Séverin Roche, les « poilus » et d’autres ! Ils ont été là pour sauver la France, leur patrie. Et le Président français tenait à les rendre hommage, sentiment de redevabilité oblige.
La France et les Français seriez-vous là sans la participation concrète des soldats africains qui étaient « enrôlés » pour la cause de la mère-patrie ? La France et les Français seriez-vous là sans le sang versé par les jeunes du continent noir ? Seriez-vous là, sans le courage des soldats malagasy qui, laissant épouses et enfants, battaient comme des fous pour que leur pays colonisateur soit émancipé ? Il faut avoir le courage et l’honnêteté de le rappeler souvent quand même, quitte à l’ancrer à jamais dans l’esprit des citoyens français.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff