Publié dans Editorial

Mobilisation et mobilisation !

Publié le mercredi, 10 novembre 2021

Au fur et à mesure que l'échéance de 2023 approche, le microcosme politique s'agite. Si les uns affûtent leurs armes, d'autres rameutent les ouailles. On se mobilise dans tous les sens ! Seulement, il y a mobilisation et mobilisation. Des mobilisations à vocation différente voire diamétralement opposée.

 

Dans l'espace de l'Opposition, on bouge et ce depuis belle lurette ! Pour le camp de Bel-Air, depuis 2020 dès la moindre éclaircie de la pandémie, se mobilise à travers le pays. Des éléments radicalisés du TIM, de l'ancien Président Ravalomanana Marc, sillonnent monts et vallées pour, dit-on, revitaliser la base. Souvent face à une audience clairsemée, ils tentent de faire du bruit en déversant des critiques aveugles contre le régime Orange. Les cadors du RMDM font de même. Ils s'efforcent de sensibiliser les sympathisants sur terrain et lancent des tirs croisés contre les tenants du pouvoir. L'objectif étant de préparer les esprits à d'éventuelles opportunités.

Le camp d'Andraharo tente aussi quoique un peu tardive d'haranguer, à distance, les membres du parti Bleu, du moins ce qui en reste. L'ancien Président Rajaonarimampianina saisit l'occasion de son 63ème  anniversaire pour « réveiller » l'ardeur des sympathisants. Rajao n'est pas sur le dos de la cuillère pour annoncer la participation du parti HVM aux échéances de 2023.

En face, dans le camp du pouvoir, on ne se laisse pas impressionner. On resserre les rangs et cela pour mettre en ordre de marche sinon de bataille tous les éléments actifs du régime. On descend sur terrain. On retrousse les manches ! Des consignes et des instructions venant de l'état-major de l'IRD sont transmises à la base. Le chef du Gouvernement, en sa qualité de chef de l'Administration, assisté de certains ministres met les points sur les « i » sur la responsabilité de chacun dans l'exercice de ses fonctions. Ils entendent bousculer les brebis galeuses qui, au final, risquent de ternir l'image du régime.

Un troisième cas de mobilisation fait son entrée dans l'arène. Une troisième voie qui se veut être « autre », ni dans le camp de l'opposition ni dans le camp du pouvoir. Elle se démarque de la démarche classique. En effet, certains acteurs parfois des « novices » dans les arcanes politiques tentent activement de fédérer autour d'eux certaines personnalités du monde politique, intellectuel et même des groupes d'intérêt divers. Selon des analystes, ils travaillent sous cape, à la manière des fourmis. Cette troisième option secoue la configuration politique locale. Et tout le monde, surtout du côté du pouvoir, doit s'en méfier sérieusement. Une surprise, bonne ou mauvaise c'est selon, viendrait de ce côté-là !

On se mobilise dans tous les sens. Mais, il y a mobilisation et mobilisation !

Du côté de l'Opposition, on se mobilise pour, en fait, créer des troubles, pour déstabiliser du moins pour ébranler le pouvoir en place. On n'est pas sûr de gagner la prochaine échéance, on choisit la voie du forcing.

En face, ceux déténant le régime se mobilisent pour remettre la pendule à l'heure dans l'objectif de pouvoir aller vite afin de concrétiser les engagements du « Velirano » dans le temps imparti.

En dehors du schéma classique, opposition-pouvoir, il ne faut pas sous-estimer la présence d'une troisième voie qui se mobilise activement aussi.   

Ndrianaivo

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue
Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff