Publié dans Editorial

Défis de titan !

Publié le mardi, 01 mars 2022

La relance de l’économie et la reconstruction du pays, des travaux d’Hercule auxquels les tenants du pouvoir doivent impérativement s’atteler. Le régime Orange de Rajoelina Andry n’a ni le choix pour d’autres dérivatifs ni le droit à l’erreur !
Les deux ans, vingt-quatre mois au compteur, de pandémie de la Covid-19 paralysent l’économie nationale. Tous les indicateurs affichent le rouge. L’ensemble des grands secteurs d’activité économique dont en particulier le tourisme se trouve en état végétatif voire agonisant. Le tourisme, étant le moteur principal de l’économie nationale du pays, est littéralement asphyxié par la fermeture des frontières. Génératrices d’emplois et pourvoyeuses de devises, grâce à des faunes et flores endémiques et d’un écosystème unique en son genre, les activités touristiques malagasy ne peuvent pas être autrement que prospérer. Les activités industrielles, réduites forcément au ralenti, peinent à pouvoir fonctionner et pour cause la crise sanitaire déclenchant le confinement tout au moins le geste barrière qui réduit à moitié les activités des usines. En gros, le système économique du pays s’agenouille. L’emploi, ayant subi de grosse perte, broie du noir ! Déjà, bien avant cette crise sanitaire, le pays fut relégué dans le carré des derniers de la classe. A l’heure où l’on se trouve, la situation est critique ! Alors, la pandémie qui commence à céder le terrain, il va falloir urgemment tout refaire. La relance de l’économie s’impose sans attendre ! Un défi de titan qui ne laisse aucune autre option aux dirigeants politiques. D’ailleurs, les travaux de relance de l’économie du pays nécessitent la contribution de tous notamment les acteurs de la force vive nationale. Il est inadmissible qu’il y ait des forces contradictoires. Des uns qui tirent vers l’avant et d’autres vers l’arrière. Tout le monde dans le même sens. Une marche forcée ! La pauvreté grimpe et étouffe, il faut agir vite.
Les passages d’au moins cinq cyclones tropicaux plongent le pays dans l’abîme de la désolation. Ana et Batsirai, presque au même moment, d’une puissance phénoménale, détruisent tout sur leur passage. L’ensemble du territoire national vit dans le noir. Les pertes en vie humaine présentent un bilan particulièrement terrifiant. Les grandes infrastructures réduites en morceaux. Les routes nationales, provinciales, régionales et de Districts ont subi des dégâts importants. Les écoles (salles de classe, etc.) et les centres de santé de base, dévastés par les rafales de vent et inondés par les eaux de pluies, sont dans un état d’inutilité. Le Nord-est, la côte Est ainsi que le Sud-est de la Grande île encaissent le maximum des dégâts. Tout comme si les désastres de la pandémie de la Covid ne suffisent pas qu’il faille en rajouter autrement.
En réalité, le pays se trouve en face des défis herculéens, de titan. Des travaux de relance économique et de reconstruction colossaux qui exigent de la part de chacun, citoyen de ce pays, une contribution effective, nous attendent. Nous, de notre côté, on ne se lasse point de faire appel à la conscience et du sens de responsabilité des uns et du civisme des autres à rejoindre le front. La construction (reconstruction) d’une maison, dit-on d’un adage populaire, n’est pas l’œuvre d’une seule personne (« ny tao-trano tsy efan’irery »).
Quels que soient les enjeux des défis, dans l’union, on finira toujours par les surmonter.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff