Publié dans Editorial

Encourageante perspective !

Publié le vendredi, 13 mai 2022

Madagasikara, grenier de l’Afrique. La Grande île, pour une autosuffisance alimentaire. Pour une belle et même encourageante perspective, c’en est une ! Utopie, non ! C’est réalisable ! Demi-siècle sinon un peu plus auparavant, la Grande île l’était déjà. De 1965 à 1975, les productions agricoles, notamment rizicole, de Madagasikara caracolaient en première ligne en Afrique. Avec le Sénégal, la Côte d’Ivoire (pays francophones), la Grande île se trouvait en tête de peloton en termes de performance économique.

A cette époque, des années 60-70, le pays pouvait se permettre d’exporter du riz, de luxe s’il vous plaît, vers certains pays d’Afrique mais surtout vers l’Europe et même aux Etats-Unis. Les consommateurs américains apprécient beaucoup le « red rice » malagasy (vary gasy mena). Les aînés gardent toujours de bons souvenirs du riz de luxe « Madrigal » du SOMALAC (Lac Alaotra Ambatondrazaka) et de la plaine du Bas-Mangoky qui faisait la fierté de la Grande île. Et le pays exportait du riz et bien d’autres produits d’exportation comme le café, le cacao, les bananes sans oublier la vanille et le girofle et jouit le luxe d’une autosuffisance alimentaire et d’être un grand exportateur de produits agricoles.

Quand le Chef de l’Etat Rajoelina Andry émet le souhait, d’une volonté inébranlable, de refaire de Madagasikara un grenier de l’Afrique. Il s’agit donc d’un ferme souhait sinon d’une conviction légitime et réaliste. Evidemment, des mesures spécifiques s‘imposent pour accompagner les efforts. Entre autres, une mise à la disposition des producteurs d’un Service permanent garantissant la présence des semences de paddy de qualité comme l’a tenu à souligner le représentant Résident de l’Union européenne (UE). Durant la Première République, il y avait un Service spécialisé chargé de la gestion des semences à savoir le BCSR. Une affaire de professionnels qui ne s’improvise point et exigeant un financement à part. En outre, il faut mettre en place une entité compétente pour gérer la question des engrais appropriés. Et enfin, des techniciens de l’agriculture de niveau ingénieur et adjoint technique pour accompagner sur le terrain les paysans producteurs. Certes, le domaine de la recherche afin d’améliorer sans cesse la qualité et la quantité de la production, du riz s’entend, n’est pas du tout à négliger.

L’autosuffisance alimentaire est une obligation pour Madagasikara. Ce n’est pas une option ni un luxe à prendre parmi tant d’autres. Une nécessité absolue qu’aucun régime depuis la chute de feu Philibert Tsiranana n’a réussi à honorer.

Il n’est plus un secret à tout le monde que le niveau de vie des malagasy se dégrade au fil des jours, des mois et des années. La population en général vit dans une pauvreté telle que la Grande île se trouve parmi les cinq pays les plus pauvres du monde. La situation d’insuffisance alimentaire, en qualité et en qualité, se constate à l’œil nu. Le pays est obligé d’importer tous les ans du riz qui est, soulignons-le, tout de même l’aliment de base des malagasy.

Le Point IX du Velirano stipule la nécessité d’atteindre l’autosuffisance alimentaire dont le riz spécialement. C’est une encourageante perspective de remettre sur les rails tous les paramètres à re-faire de Madagasikara un grenier à riz pour tout le Continent. L’autosuffisance alimentaire n’est point un luxe ! Il en faut surtout !

Ndrianaivo

 

Fil infos

  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme
  • Coupures incessantes de l’électricité - Les usagers de la JIRAMA se rebellent !
  • Grève du personnel du Sénat - L'adoption du projet de loi des Finances reportée
Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff