Publié dans Editorial

Identité nationale

Publié le vendredi, 24 juin 2022

Que la fête commence ! Que les choses sérieuses débutent ! Bref, que le plat de résistance soit servi ! Le clou des cérémonies de la célébration de la Fête nationale arrive ce jour de 25 juin, la veille de la date du Soixante-deuxième anniversaire du retour à la souveraineté nationale. En effet, après avoir été colonisée pendant 64 ans, la Grande île accède le 26 juin 1960 à l’autodétermination.

En réalité, il ne s’agit qu’un simple retour à la « normale ». En effet, le 6 août 1896, date d’annexion de l’île par la France, Madagasikara fut un pays indépendant jouissant de tous les droits en tant qu’Etat souverain. La Communauté internationale de l’époque (XVIV ème siècle) reconnut Antananarivo, le siège du royaume de Madagasikara. Des relations diplomatiques s’établissaient avec des grandes puissantes telles l’Angleterre, l’Allemagne et les Etats-Unis.

La Fête nationale est le point de repère d’un pays vis-à-vis de son Histoire. Elle symbolise l’identité nationale. Un pays sans fête nationale est un pays sans … Histoire. Et un pays sans Histoire est une Nation vide de sens, une personne sans âme !

Si la Fête nationale n’existe pas, il faudra le créer sinon identifier un « évènement » précis pour le consacrer. La France n’a pas de passé colonial, les quelques années d’occupation nazie ne pouvait être assimilées à une période coloniale, donc censée ne pas avoir une éventuelle date d’indépendance. Mais, les Français ont érigé la « Prise de la Bastille » le 14 juillet 1789 comme étant une date nationale. Les Anglais, une ancienne puissance coloniale, choisit la date d’anniversaire de la Reine pour leur Fête nationale. De même les Américains, ils honorèrent la date de 4 juillet 1792, jour de la Déclaration d’indépendance, « l’independance Day », comme Fête nationale. Un moment sacré, le « Think’s giving Day », pour toute famille américaine de se retrouver dans le but de sceller la fierté nationale, etc. Ainsi, chaque Nation a besoin d’un moment où le pays se retrouve dans l’union et dans l’unité autour d’une date. Une date où chaque famille se retrouve autour de la table pour se régaler ensemble.

En fait, à Madagasikara c’est une question d’identité par laquelle le « Soatoavina » se transmet de génération en génération. Dans les temps anciens, la tradition de se retrouver ensemble, au moins une fois l’année, chez les parents, dans la maison où l’on a grandi ensemble existait déjà à l’occasion par exemple, pour le Nouvel An. A l’époque royale, la Fête nationale coïncidait avec le jour du Bain royal « le Fandroana ».

Le pays traverse en cette période une situation difficile. Tous les paramètres virent au rouge. Inflation redoutable ! Coupures d’eau et d’électricité ingérables ! Insécurité sur tous les angles indomptable ! Pauvreté contraignante ! Malversations et crimes de sang explosifs !, etc. Tout autant de raisons sinon de causes pouvant ombrager la Fête nationale. Mais, en dépit de cette situation délétère, les célébrations de la Fête de l’indépendance survolent tout. Chaque famille, quelles que soient les difficultés, trouve toujours l’occasion si minime soit-elle de se retrouver ensemble autour d’une modeste table ou bien garnie le « hanim-pito loha ».

Identité nationale oblige ! Que la Fête commence ! Soit la bonne !

Ndrianaivo

 

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff