Publié dans Editorial

Accord sur un désaccord !

Publié le mardi, 28 juin 2022

Insolite mais vrai. Le seul point où ils se sont mis d’accord réside sur leur désaccord ! La question des Iles Eparses, les « Iles malagasy », constitue jusqu’à ce jour la pierre d’achoppement sur les relations entre Madagasikara et la France. Elle divise au point de créer une unité de vue étrange entre les deux parties.

Ils, les membres des deux délégations de la première rencontre au Palais du Premier ministre à Andafiavaratra (Antananarivo) en novembre 2019, se sont séparés sur un désaccord flagrant. Ils ont essayé de dissimuler à travers des termes diplomatiques mais les observateurs avertis le décryptaient d’un seul regard. Madagasikara, le pays hôte, fort des deux résolutions de l’ONU, en 1979 et en 1980, persiste et signe sur le fait que les cinq Iles Eparses se trouvent dans le giron du territoire de la République malagasy. En effet, les Nations unies se sont déjà prononcées en faveur de Madagasikara, à deux reprises, sur ce sujet hautement sensible. De ce fait indiscutable, la négociation doit légitimement et essentiellement se baser sur un seul sujet : le processus de restitution. Une question axée sur la souveraineté sur quoi la Grande île entend maintenir ferme.

 La France, quant à elle, campe également sur sa position. Laquelle diamétralement opposée à celle défendue mordicus par Madagasikara. En dépit des résolutions des Nations unies recommandant à engager les démarches pour la restitution des îles à Madagasikara, la France opte pour une politique de « sourde oreille ». Apparemment, elle se moque de la recommandation de la communauté internationale par la voix des Nations unies. On n’est pas sans savoir de la position affirmée du locataire de l’Elysée, le Président français nouvellement réélu Emmanuel Macron. La trop célèbre phrase qui frise la provocation qu’il a prononcée sur le sol des Glorieuses le 22 octobre 2019 « Ici, c’est la France ! » reste toujours bloquée dans l’angle serré de la mémoire.

Deux camps diamétralement opposés, l’ancienne puissance coloniale veut garder, contre tout, les Iles Eparses dans le giron de la France. Elle ne lâche point d’un iota. Son statut de grande puissance, membre du conseil de sécurité, jouissant du droit irrécusable de veto, la pousse à l’arrogance et de se prendre au-dessus de la loi sinon de l’Organisation des Nations unies. La réalité crue qu’il faille crever c’est que la France refuse d’obtempérer. Elle s’assoit dessus. Les dirigeants français vont trouver tous les astuces pour éviter ce second et hypothétique round. Prévu de se tenir en juillet, selon les informations émanant des autorités françaises, juste après les Législatives en France dont les résultats, au final, ont tordu le cou de l’Elysée, finalement il a été reporté. Ce sera, dit-on, pour le mois de septembre. En tout cas, qui vivra, verra ! L’ancienne colonie, la Grande île, tient fortement et légitimement à honorer son camp. Le désaccord se durcit.

Est-il nécessaire qu’on se rencontre pour un second round ? A la lumière des positions apparemment non négociables soutenues par les deux camps, ce sera un « dialogue de sourds ». Le concept de « gestion en commun » passe difficilement pour la partie malagasy.

Finalement, le seul point où tout le monde se mette d’accord se situe sur le désaccord.

Ndrianaivo

 

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff