Publié dans Editorial

La grande passoire !

Publié le mercredi, 03 août 2022

Passez-nous le terme. Très critique. Mais la réalité est là ! La vérité choque ! La Grande île est en passe de confirmer son statut de « grande passoire » de l’océan Indien, de plaque tournante du trafic des produits dangereux, des narcotiques entre l’Asie et l’Europe-Amérique Latine et vice-versa. Les drogues dures circulent comme de petits pains et comme si de rien n’était.  De puissants réseaux, de connivence quelque part, entretiennent le marché du diable florissant.

En dépit des initiatives louables, des Forces de la défense et de la sécurité, les frontières territoriales demeurent poreuses. Des sorties incontrôlées, et parfois sous la barbe des responsables territoriaux, sèment l’indignation. Les cas de Raoul Rabekoto, l’ancien DG de la CNAPS, et du Général Jean Ravelonarivo, ancien PM, qui restent non éludés jusque-là, empoisonnent toujours les esprits.

A l’intérieur du pays, le trafic et la circulation d’armes volés se multiplient et contribuent périlleusement à aggraver l’insécurité. Comment la gestion et le contrôle de ces armes lourdes et leurs munitions se font dans les casernes ? Il semble qu’il existe un certain laxisme qui, parait-il, échappe totalement à la vigilance des hauts commandements. Sans vouloir mettre à nu la complicité de certains éléments en treillis avec les dahalo. Soit ils louent ou cèdent à des prix forts leurs armes, soit ils participent activement aux opérations.

Le marché des drogues dures est particulièrement florissant à Tanà pour ne citer que le cas de la Capitale uniquement. Les dealers pullulent aux abords immédiats des établissements secondaires privés et publics de niveau III. Les interpellations de sinistres individus, souvent des femmes, pratiquant ce maudit commerce auprès des jeunes, s’enchainent. Il y a sérieusement péril en la demeure.

Dans les maisons centrales à l’exemple d’Antanimora où la corruption fait la loi, l’anarchie ou en d’autres termes la porosité inquiète les observateurs. De gros poissons, en détention préventive, s’évaporent sans que personne n’ait pris la peine de le signaler. Les services de lutte contre la corruption, eux-mêmes, de déplorer la situation. Des détenus dangereux réussissent à faire la… belle en emportant avec eux des armes de guerre. Des repris de Justice qui sont parvenus à s’évader des prisons, interceptés à nouveau et retenus dans les locaux du commissariat, réussissent de nouveau à s’enfuir dans la nature. Finalement, c’est la fête !

Les hauts responsables de la défense viennent de parachever la restructuration de l’Armée et cela afin de rendre nos soldats plus efficaces ou opérationnels. L’initiative coûte chère au budget de l’Etat mais si cela vaut le coup, on fonce avec ! La Gendarmerie nationale peaufine la stratégie encore plus efficace et cela afin d’endiguer au maxi les dégâts dus aux recrudescences des actes de banditisme. La Police nationale fait savoir des mesures concrètes prises pour améliorer les actions.

On apprécie les efforts entrepris à tous les niveaux mais on préfère mieux voir des résultats probants. Le pays souffre trop des impacts du laisser-aller dans certains secteurs. Les brebis galeuses doivent être sévèrement punies.

Certes, c’est toujours navrant de devoir crever de tels maux mais il fallait tirer la sonnette d’alarme de manière à ce que tout le monde assume correctement leurs responsabilités. L’image d’une grande passoire ne mérite à jamais la Grande île.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff