Publié dans Editorial

Quid de la paternité ?

Publié le mardi, 13 septembre 2022

L’inauguration en grande pompe, aux allures d’une véritable fête populaire, de la RN 6A reliant Ambilobe à Vohémar par le couple présidentiel, crée des vagues et des remous. Et pour cause, la question de paternité des travaux effectués.
La lutte pour revendiquer la paternité de tel acte, de telle réalisation devient virale dans le pays. Elle déchaine des réactions et ravive des rancœurs. Les barons du HVM, anciens tenants du pouvoir, en particulier l’ancien Chef d’Etat et l’ancien président du Sénat, montent au créneau et fustigent les dirigeants en place, le Président Rajoelina en personne. Ils accusent de « voler » la paternité de tel acte.
En juin, quand Rajoelina inaugura la « Rocade de l’Est », allant d’Andranobevava au By-pass (Amoronankona), le camp de Rajaonarimampianina criait au scandale. Les propos tenus par le locataire d’Iavoloha au cours de son discours insinuant que le régime Orange soit à l’origine et à la finalisation des travaux provoquent le tollé général du côté des « cravates bleues ».
A Ambilobe, lors de son intervention, le Chef de l’Etat Rajoelina fait savoir que la réhabilitation des 151 km de la route Ambilobe – Vohémar entre entièrement dans le cadre des réalisations et de la concrétisation de son régime à travers le Velirano. Et la réplique immédiate des anciens du pouvoir, avec en tête Rajaonarimampianina: Ils revendiquent la paternité totale de l’œuvre. Ils taxent l’équipe actuelle au pouvoir de « menteurs » sinon des « voleurs » de … casquette. Stupide bataille entre HVM et TGV ! Plus exactement, de vaines frondes tirées par les losers ! Des attaques en règle contre Rajoelina et compagnie.
Au-delà de ce cafouillage, il importe de mettre en exergue le déficit du principe de la continuité de l’Etat. Il arrive que celui qui commence un chantier ne soit pas forcément celui qui va le conduire à terme. Et cela, au nom de l’alternance, le pilier de la démocratie.
La continuité de l’Etat est un concept difficilement accepté par les politiques. Dans un pays en quête d’une identité, comme c’est le cas dans la plupart des Etats du continent noir, on éprouve une difficulté de continuer l’action entamée par ces prédécesseurs tout comme on n’accepte pas que les autres finissent les travaux entamés et qu’ils signent à leur nom. On préfère ouvrir un nouveau chapitre au lieu de continuer et finaliser ce qui a été ébauché. Et c’est l’éternel départ à zéro dans les départements ministériels.
Au ministère de l’Education nationale, à chaque changement de régime et qu’un nouveau patron débarque, un nouveau programme s’élabore.  C’est l’éternel recommencement ! Dans d’autres ministères, le nouveau régime est synonyme de nouveau code. Nouveau code d’investissement ! Nouveau code minier ! Etc. On abandonne l’ancien sans qu’on ait en main un nouveau, prêt à être utilisé.
Si les cadors du HVM s’en offusquent, qu’ils mordent leur petit doigt. La faute à personne sauf à eux-mêmes s’ils n’ont pas pu finaliser ce qu’ils ont commencé. Ils ne pourront jamais imputer à d’autres leur déroute en 2018. Quand on quitte en cours de chemin, d’autres vont finir ce qu’on a entamé. Inutile de revendiquer la paternité quand on a été mis à la porte sinon botté en touche. Evidemment, d’autres vont relayer et marqueront des buts. C’est la règle du jeu.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff